Taxation du numérique: le Luxembourg contre la proposition "provisoire" de la Commission

L'Union européenne doit "éviter les solutions provisoires" dans son combat pour mieux taxer les géants du numérique, comme celle proposée par la Commission sous l'impulsion du président français Emmanuel Macron, a estimé mercredi le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel.

"Nous devrions éviter les solutions provisoires à court terme qui rendent les décisions permanentes encore plus difficiles à prendre", a déclaré le Luxembourgeois lors d'un discours sur l'avenir de l'Europe devant les eurodéputés à Strasbourg.

La Commission européenne a présenté fin mars une proposition qui prévoit la mise en place rapide d'une taxe sur le chiffre d'affaires des géants du net,le temps qu'une solution soit négociée à l'échelle mondiale.

Arrêtons de vouloir pénaliser notre propre continent

Mais les petits pays comme Malte, l'Irlande et le Luxembourg, accusés de tirer profit de leur fiscalité avantageuse vis-à-vis de ces entreprises, sont opposés à cette solution "de court terme". Or, dans l'UE, les décisions en matière de fiscalité doivent se prendre à l'unanimité.

"On ne bloque pas pour bloquer, car croyez-moi que les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon), ce n'est pas un dossier luxembourgeois, loin de là", a expliqué Xavier Bettel, se défendant des accusations de "paradis fiscal" lancées par certains eurodéputés. Mais "arrêtons de vouloir pénaliser notre propre continent", a-t-il ajouté, craignant que des sociétés quittent l'Europe à cause d'une telle taxe "qui n’existe pas ailleurs".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK