Taj Jackson: "Mon oncle, Michael Jackson, est innocent"

C’est le documentaire le plus commenté du moment ! « Leaving Neverland » présente le témoignage de deux adultes qui affirment avoir été abusés sexuellement par Michael Jackson lorsqu’ils étaient enfants, à la fin des années 80 et dans les années 90. Longtemps proches de la star décédée en 2009, Wade Robson et Jimmy Safechuck racontent, parfois en des termes crus, les relations qu’ils ont entretenues avec le Roi de la Pop. Un film choc qui ne laisse pas indifférent.

Pendant près de quatre heures, le documentaire produit par Dan Reed ne présente que les témoignages de Wade Robson et Jimmy Safechuck, ainsi que des membres de leur famille. Des témoignages que dénonce avec force la famille Jackson.

En exclusivité, la RTBF a pu s’entretenir longuement par Skype avec le neveu de Michael Jackson. Taj Jackson, 45 ans, fils de Tito Jackson (un des Jackson 5 et frère de Michael Jackson) a accepté d’exposer le point de vue du clan et les incohérences, selon lui, dans les récits des deux accusateurs. Depuis plusieurs semaines, Taj Jackson, membre du groupe 3T, s’emploie à réhabiliter son oncle. Il prévoit d’ailleurs de réaliser un contre-documentaire, afin de prouver l’innocence de l’auteur de "Thriller". Pour lui, il n’y a pas l’ombre d’un doute: son oncle n’est pas un pédophile. Interview.

Tout d’abord, comment la famille Jackson vit ce moment ?

"Nous sommes passés par plusieurs sentiments. Nous n’étions pas préparés à cela, à ce documentaire. On a appris cela par nous-mêmes, sur Internet, par la presse. Et quand ça vous tombe dessus, vous devez alors réagir. Et avant même qu’il ne soit diffusé, la presse titrait déjà que cela allait être dévastateur pour Michael Jackson. Les producteurs de ce documentaire ont tout fait pour orienter celui-ci dans une certaine direction. Personne n’a pu avoir un regard critique sur ce documentaire. J’ai personnellement demandé à pouvoir le voir, deux ou trois semaines avant sa diffusion. Cela a été refusé à la famille alors que le film a été présenté à la presse, à Oprah Winfrey (NDLR: célèbre animatrice TV américaine)..."

Vous êtes certainement un des rares membres de la famille Jackson à avoir décidé de voir ce documentaire. Pourquoi ?

"Depuis, beaucoup de membres de la famille l’ont vu. Surtout les plus jeunes de la famille comme mes cousins. Pourquoi? Parce que nous avons vécu la période qui est racontée dans le film. Les plus jeunes sont aussi plus au fait des réseaux sociaux. Et nous connaissons les répercussions que ce genre d’informations peut avoir sur les réseaux sociaux."

Connaissez-vous ou connaissiez-vous, personnellement, les accusateurs, Wade Robson (NDLR : célèbre chorégraphe aux Etats-Unis qui a travaillé avec Britney Spears et Justin Timberlake) et Jimmy Safechuck ?

"Je connaissais personnellement Wade Robson. La famille le connaissait très bien. Mais ces deux personnes ne faisaient pas partie de la famille comme tend à le faire croire ce documentaire. Wade Robson et Jimmy Safechuck ont fait partie de la vie de mon oncle, comme moi et mes cousins. Mais ils n’ont jamais fait partie de la famille. C’est un mensonge. Je ne connaissais pas Jimmy Safechuck. Mais il s’avère, après vérifications, qu’il a changé plusieurs fois de dépositions. D’abord, il dit qu’il a compris avoir été abusé après une thérapie. Ensuite, à la télévision, il a déclaré que c’est après avoir vu une interview de Wade Robson qu’il a compris qu'il avait également été abusé. Enfin, il déclare qu’il a dit à sa mère avoir été abusé... en 2009. Bref, on a trois versions différentes. Laquelle devons-nous combattre?"

Vous pointez d’autres incohérences dans le documentaire… Lesquelles ?

"La mère de Jimmy Safechuck déclare dans le film qu’elle a dansé de joie en 2009 le jour de l’annonce de la mort de Michael Jackson, parce qu’il ne pouvait plus désormais s’en prendre à des enfants. Mais son fils dit qu’il a annoncé avoir été abusé en 2013. Comment cela est-il possible? Dans le documentaire, l’une des accusateurs dit qu’il a été à Euro Disney à une certaine date alors que le parc n’avait même encore pas été inauguré. L’un d’eux dit également avoir célébré la Thanksgiving avec mon oncle, alors que ce dernier était en tournée cette année-là. Il est dit dans le documentaire que Michael Jackson a supplié Jimmy Safechuck de témoigner en sa faveur à son procès en 2005 alors que la justice avait dit que son témoignage ne serait jamais accepté. Pourquoi dès lors supplier quelqu’un inutilement ? Il y a trop de mensonges."

Pourquoi les deux accusateurs décident de parler maintenant, selon vous ?

"Ils ont attendu que Michael Jackson décède avant de parler car il n’existe aucune loi qui puisse vous condamner suite à un mensonge visant une personne décédée. Ils peuvent tout inventer, on ne peut rien y faire. La famille ne peut pas les attaquer en justice, encore plus à partir du moment où ils ont la presse de leur côté. Notre rôle aujourd’hui est donc de répondre à toutes les questions, toutes les interrogations. Les accusateurs ne peuvent produire aucune preuve de ce qu’ils avancent. Je dis aux téléspectateurs: si vous regardez ce documentaire de quatre heures, prenez au moins dix minutes pour vous renseigner sur ces deux accusateurs."

Wade Robson et Jimmy Safechuck sont pourtant très convaincus et très convaincants. On les sent très affectés par ce qu’ils racontent. Pourquoi les disqualifier?

"Ils ont des intérêts financiers derrière tout cela. Ils ont attaqué la société qui gère l’héritage de Michael Jackson et réclame des millions de dommages et intérêts."

De quels intérêts financiers parlez-vous? Et pourquoi Wade Robson, que vous dites bien connaître, est un menteur selon vous?

"Lui et sa famille ont assisté aux funérailles deMichael Jackson. Wade Robson a rendu de multiples hommages à mon oncle, à la TV, publiquement. 24 heures après la mort de Michael Jackson, il annonçait vouloir mettre sur pied un spectacle-hommage. Dès la mort de mon oncle, il pensait déjà à l’étape d’après. Étonnamment, quand il a commencé à rencontrer des problèmes financiers, quand le Cirque du Soleil a décidé de ne pas collaborer avec lui pour un spectacle en hommage à Michael Jackson, il a lancé ses premières accusations d’abus sexuels."

Votre cousine, Brandi Jackson, la fille de Jackie Jackson, a pris la parole pour dire qu’elle a été la petite amie de Wade Robson pendant huit ans. Pourquoi cette relation est importante dans cette affaire ?

"Tout d’abord, le documentaire n’en fait aucunement mention. Jamais! Ensuite, cela fait de Brandi une personne qui connaissait bien Wade. Ne pas mentionner cette relation, quand ils étaient adolescents, ne pas dire que c’est Michael Jackson qui les a fait se rencontrer, cela va à l’encontre du postulat de départ qui est de dire que mon oncle est un prédateur sexuel (qui s’en prend aux jeunes garçons et qui les détourne du sexe féminin). J’ignore si le réalisateur connaissait cette relation. En tout cas, elle n’a pas duré un ou deux ans. Mais presque huit ans. La carrière de Wade Robson partait en vrille. Il n’avait plus de projets. Il est tombé en dépression. Et au lieu de s’en prendre à lui-même, il s’en prend à Michael Jackson qui serait à l’origine de tous ses déboires, même de la mort de son père, selon le documentaire."

Votre oncle s’entourait d’enfants. Connus comme Macaulay Culkin et moins connus. Ils dormaient avec eux. C’est tout même étrange comme comportement de la part d’un homme de 20, 30, 40 ans ?

"Les mots sont importants. Vous dites "dormir avec". Dans l’esprit des gens, cela signifie "coucher", "avoir une relation sexuelle". Mon oncle ne voit pas un lit comme un lit. On s’y installe pour regarder un film, avec des enfants et si tout le monde tombe de sommeil et s’endort, ça s’arrête là. Mon oncle était un grand enfant, il faisait des batailles d’oreillers, de balons d'eau... J’ai partagé son lit. Il n’y a rien eu. C’était tout à fait commun. Demandez aux gens qui le connaissaient bien, qui connaissaient sa nature et la pureté de son cœur. Quand vous racontez cela dans un documentaire, vous pouvez rapidement en faire quelque chose de sinistre."

Dans le documentaire, on évoque les messages écrits enflammés que votre oncle envoyait aux deux victimes supposées. Quelle est votre opinion là-dessus?

"Mon oncle utilisait le mot "love" (amour) tout le temps. A ses fans, à son coiffeur, à sa maquilleuse, à moi, mes frères, ses meilleurs amis. Tout le temps. Mais on en fait quelque chose de sinistre à nouveau. Mais c’était totalement innocent. Il disait tout le temps: "Je t'aime". L'un des accusateurs met en avant un message vidéo d'anniversaire pour appuyer ses dires. Mais nous en recevions également, de la même sorte. Il n'y avait rien de douteux. C'était sa manière de donner de la motivation, de mettre du bonheur dans une journée. Le réalisateur du documentaire, une fois encore, a juste envie de rendre mon oncle aussi tordu que possible."

En 1994, votre oncle verse tout de même une forte somme d'argent à la famille de Jordan Chandler, le premier enfant qui l'a accusé d'agression sexuelle. Cet arrangement à l'amiable pose question...

"On a écrit tellement de mensonges autour de cet accord. La vérité est la suivante. Mon oncle faisait face à deux dossiers procédures: une au civil, un autre sur le plan criminel. Il était particulièrement en colère quand cette affaire a éclaté. Il voulait défendre son honneur. Moi et mes frères étions à ses côtés à cette époque et nous pouvons en témoigner. Le scandale sort en août 1993 et l'accord intervient en janvier 1994. Il ne voulait pas de cet accord. Il voulait d'abord qu'intervienne la procédure judiciaire criminelle avant que l'affaire ne passe au civil. La justice a refusé et mon oncle a donc dû verser 23 millions de dollars à la famille Chandler. Mais par la suite, rien n'empêchait les avocats de la famille Chandler d'activer la procédure criminelle. Ils ne l'ont jamais fait. Ces 23 millions sont donc perçus depuis lors comme une manière d'enterrer les accusations. Alors que ce n'est pas du tout le cas. A l'époque, Michael Jackson était en tournée (NDLR: Dangerous Tour), une tournée qu'il ne pouvait pas interrompre, d'autant que celle-ci générait également de l'argent."

En 2004 et 2005, votre oncle est cette fois poursuivi devant les tribunaux. C'est déjà la deuxième affaire d'abus sexuels... Vous ne vous êtes alors pas dit: et s'il était finalement un pédophile?

"Un jury a conclu qu'il était innocent après des mois de procès. La presse en a fait un show. Mais il y a ce qui a été en dehors du tribunal et pendant les audiences. Et les choses étaient différentes. La presse voulait qu'il soit coupable avant le procès. J'ai passé des milliers d'heures avec Michael Jackson. J'étais très très très proche de lui. Je savais de quoi il était capable et ce dont il n'était pas capable. Je ne suis un neveu naïf. Mais quand je dis que mon oncle n'est pas un pédophile, je le crois."

Les trois enfants de Michael Jackson, Paris, Prince et Blanket ne se sont pas exprimés concernant ce documentaire ou très brièvement sur les réseaux sociaux. Comment vivent-ils cette tornade?

"C'est dur pour eux. C'est leur père et il n'est pas là pour se défendre. Ils se sentent démunis. Ils portent ce nom (Jackson) pour le reste de leur vie. Et ils doivent faire face à des accusations qui présentent leur père comme un monstre alors qu'il ne voulait qu'aider son prochain. Aucune loi ne les protège contre ces fausses accusations, portées sans la moindre preuve. Les enfants de Michael Jackson sont affectés. Ce qui est rassurant, c'est que de plus en plus de personnes, dans le monde, se renseignent et découvrent que la vérité n'est peut-être pas dans ce documentaire."

Pourquoi cette affaire sort maintenant, en 2019, année des dix ans de la mort de Michael Jackson?

"Je m'attendais à un coup bas à quelques mois du dixième anniversaire. Avec le mouvement #Metoo, je m'attendais à quelque chose. Il existera toujours des personnes pour mentir. Je ne dis pas: il ne faut pas entendre ces deux personnes. Mais je ne prends pas leur témoignage pour argent comptant, aveuglement."

Des radios canadiennes et néo-zélandaises ont décidé de boycotter la musique de Michael Jackson. Un épisode des Simpsons dans lequel on pouvait entendre Michael Jackson a été supprimé... Injuste selon vous?

"C'est plus qu'injuste! Je ne savais pas qu'on pouvait désormais être déclaré coupable après un documentaire. Même pas par la justice. Vous savez que le FBI a enquêté en secret sur mon oncle pendant dix ans? Un dossier de plus de 300 pages. Résultat: aucune preuve ni de pédophilie, ni d'aucune autre activité criminelle. Mon oncle était la star la plus espionnée, la plus traquée du monde. Et vous pensez vraiment qu'il aurait pu cacher cela, pendant tout ce temps? Des artistes, que je ne citerai pas, ont été condamnés, ont avoué avoir commis des choses et on diffuse toujours leurs œuvres... Mon oncle a été innocenté."

Si les accusateurs réclament des dommages et intérêts, la famille Jackson également. Donc tout le monde veut de l'argent... 

"Tout d'abord, c'est la société qui gère l'image de Michael Jackson (qui a attaqué la chaîne HBO qui a diffusé le documentaire). Ce n'est pas la famille Jackson. Quand je défends mon oncle, je ne fais pas cela pour l'argent. Je ne touche aucun droit d'auteur en tant que neveu de Michael Jackson. Ses enfants oui. Mais ses enfants et eux seuls. Moi, je me bats pour l'honneur de mon oncle. La famille vit un moment critique. Je ne dis pas: ne regardez pas ce documentaire! Je dis simplement: prenez en compte les deux versions. Aujourd'hui, on peut condamner quelqu'un sans qu'il puisse donner sa version. Notre famille est prise entre deux feux. Tourner le dos aux accusations et ne pas gonfler la polémique. Ou se battre contre les réseaux sociaux. Si vous vous taisez, le gens se disent que ces accusations sont vraies. Nous devons donc nous dresser et affronter ces accusations."

Avez-vous envisagé de rencontrer Wade Robson, Jimmy Safechuck et le réalisateur Dan Reed?

"J'y ai pensé. Mais je ne le ferai pas. Je n'ai rien à leur dire. Car ils ont déjà leur opinion. Ils veulent juste nous faire du mal. Dan Reed ne connaissait pas Michael Jackson, il l'a admis lors d'une interview. Il ne connaissait pas non plus des personnes qui connaissaient bien Michael Jackson. Les gens qui connaissaient Michael Jackson disent de lui que c'était quelqu'un de bien. Des étrangers à son entourage disent que c'est un monstre. Mais des tas de personnes continuent de dire que c'est un homme bon. C'est important d'avoir cela en tête."

 

Retrouvez ci-dessous l'interview Skype de Taj Jackson dans son intégralité. Avertissements: celle-ci est en version originale non sous-titrée. Les questions sont malheureusement inaudibles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK