Taïwan: l'employé à l'origine de la catastrophe ferroviaire s'excuse, en pleurs

Taïwan: l'employé à l'origine de la catastrophe ferroviaire s'excuse, en pleurs
Taïwan: l'employé à l'origine de la catastrophe ferroviaire s'excuse, en pleurs - © SAM YEH - AFP

Un employé de maintenance dont le camion qui a glissé est à l'origine de la pire catastrophe ferroviaire à Taïwan depuis des décennies s'est excusé dimanche, en pleurs, devant les caméras.

Selon les autorités, la collision de vendredi, qui a tué au moins 51 personnes et en a blessé plus de 190, a été causée par un engin de chantier qui, après avoir glissé d'un talus, a heurté le train transportant environ 500 passagers qui s'apprêtait à entrer sous un tunnel.

Un Français et un Américain figurent parmi les étrangers tués, selon les autorités, la plus jeune victime étant âgée de 4 ans.

Les enquêteurs estiment que le Taroko Express a percuté un camion sur la voie ferrée quelques instants avant d'entrer dans le tunnel.

Le conducteur du poids-lourd qui, selon les autorités ferroviaires, n'a peut-être pas correctement serré le frein à main, a été libéré sous caution après avoir été interrogé par les magistrats, qui lui ont interdit de quitter Taïwan dans l'attente d'une enquête plus approfondie.

Mes excuses les plus sincères

Mais les médias taïwanais ont indiqué dimanche qu'il avait été remis en détention de crainte qu'il ne quitte le pays, et avait été par le passé condamné pour fabrication de faux.

Lee Yi-hsiang a lu dimanche un communiqué exprimant avec beaucoup d'émotion ses remords, devant les médias.

"Je suis plein de remords et je voudrais exprimer mes excuses les plus sincères", a-t-il dit, la voix tremblant d'émotion.

"Je vais coopérer à l'enquête menée par la police et le parquet pour assumer les responsabilités qui m'incombent", a-t-il ajouté.

Lee, 49 ans, faisait partie d'une équipe qui inspecte régulièrement la ligne ferroviaire de l'est de Taïwan, dans une région montagneuse qui connaît des éboulements et est sujette à d'autres risques.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK