Syrie: un proche d'Assad et ex-roi de la contrebande assassiné

Syrie: un proche d'Assad et ex-roi de la contrebande assassiné
Syrie: un proche d'Assad et ex-roi de la contrebande assassiné - © ZEIN AL-RIFAI - BELGAIMAGE

Un influent membre de la famille du président syrien Bachar al-Assad et ex-roi de la contrebande a été assassiné en raison d'une "lutte d'influence" dans le fief du chef de l'Etat, a rapporté samedi une ONG.

"Mohammad Tawfiq al-Assad, fils d'un cousin du président syrien, a été abattu vendredi de cinq balles dans la tête dans un village de Qardaha", une région de la province de Lattaquié (ouest) dont est originaire le clan Assad, a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La dispute, à l'origine de sa mort, "est liée à une lutte d'influence", a-t-il ajouté sans autres précisions notamment sur l'auteur de cet assassinat.

Mohammad Tawfiq al-Assad a été dans les années 1980 l'un des principaux fondateurs des "chabbihas", ces redoutables mafias à la solde du régime qui avaient prospéré grâce à la contrebande avant de servir d'instrument de répression, notamment avec le début de la révolte pacifique de mars 2011.

Connu sous le pseudonyme de "Cheikh el-Jabal" (Seigneur de la montagne), il avait fait fortune de 1989 à 1994 avant de devenir un homme d'affaires influent basé dans la région de Qardaha.

"Il a fait des centaines de millions de livres syriennes et est considéré comme l'une des principales personnalités du clan Assad à Qardaha, avec des hommes de main à sa solde", explique Rami Abdel Rahmane.

Déjà en 2012, il avait été blessé lors d'une dispute armée impliquant un autre membre de la famille, Haroun al-Assad, donnant lieu à des spéculations sur des dissensions au sein du puissant clan en pleine guerre entre régime et rebelles.

Le clan Assad est issu de la communauté alaouite (branche du chiisme), minorité dans le pays à majorité sunnite et portée au pouvoir par Hafez al-Assad, père de Bachar.

Le mot "chabbihas" (de l'arabe "chabah", littéralement "fantôme") désignait dans les années 1980 les trafiquants sévissant à Lattaquié en raison de la rapidité de leur Mercedes-Benz et qui étaient à la solde de la garde rapprochée du clan Assad.

Au début de la révolte en 2011, ils avaient été accusés de détentions arbitraires, d'exécutions sommaires et de tortures.

Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK