Syrie: près de 700.000 personnes ont fuit les provinces d'Alep et d'Idleb depuis début décembre

Syrie: près de 700 000 personnes ont fuit les provinces d'Alep et d'Idleb depuis début décembre
2 images
Syrie: près de 700 000 personnes ont fuit les provinces d'Alep et d'Idleb depuis début décembre - © OMAR HAJ KADOUR - AFP

Les violences dans les gouvernorats d'Idleb et d'Alep ont déplacé 689.000 personnes depuis début décembre, d'après le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH). Les civils abandonnent leur foyer pour trouver refuge dans des zones relativement épargnées plus au nord, souvent près de la frontière turque. "Des villes entières ont été vidées alors qu'un nombre croissant de civils fuient vers le nord, vers des territoires considérés comme plus sûrs mais qui sont en train de rétrécir rapidement", a mis en garde le BCAH.

Avec la poursuite des bombardements, au moins neuf civils, dont six enfants, ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans des raids russes sur le village d'Abine Semaan, à l'ouest d'Alep, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Ce nouveau bilan porte à 29 le nombre de civils tués depuis dimanche dans des bombardements du régime et de son allié russe, a indiqué l'OSDH qui ajoute que l'opération militaire lancée par le régime a tué plus de 350 civils depuis la mi-décembre.

Cinq soldats turcs ont été tués, et cinq autres ont été blessés, lundi en Syrie par des tirs d'artillerie du régime de Damas; une nouvelle poussée de fièvre dans le nord-ouest du pays en guerre, où une offensive du pouvoir de Bachar al-Assad et son allié russe a fait près de 700.000 déplacés depuis la fin 2019. Ces affrontements entre les forces d'Ankara et de Damas interviennent dans un contexte de tensions inédites entre les deux voisins, une semaine jour pour jour après des combats dans le nord-ouest syrien ayant fait une vingtaine de morts dans les deux camps.

Appuyé par les frappes aériennes de son allié russe, le régime syrien a enchaîné ces deux derniers mois les reconquêtes face aux rebelles dans la région d'Idleb, ignorant les avertissements répétés de la Turquie. Ankara, qui soutient des rebelles dans le nord-ouest syrien où elle a déployé des troupes, craint que les opérations du régime ne provoquent un nouvel afflux vers sa frontière fermée.

Le front de la région d'Idleb représente la dernière grande bataille stratégique du régime, alors que Damas contrôle désormais plus de 70% du pays. Le conflit en Syrie a fait plus de 380.000 morts depuis 2011 et jeté sur la route de l'exil plus de la moitié de la population d'avant-guerre.

 

Archive du journal télévisé - Guerre en Syrie: l'impuissance des civils

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK