Syrie: manifestations monstres dans le pays, huit civils tués

Check point de l'armée syrienne dans le Nord du pays, à Jisr al-Shughur, le 20 juin 2011
Check point de l'armée syrienne dans le Nord du pays, à Jisr al-Shughur, le 20 juin 2011 - © Louai Beshara

Plus d'un million de Syriens ont manifesté vendredi contre le régime de Bachar al-Assad, principalement à Hama et à Deir Ezzor, mais huit civils ont été tués dans la dispersion de rassemblements, ont annoncé des militants.

Comme chaque vendredi depuis le début de la révolte mi-mars, les Syriens étaient appelés à manifester à la sortie des mosquées, après la prière hebdomadaire.

Selon Rami Abdel Rahmane, chef de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus de 1,2 million de personnes ont répondu à l'appel à Hama (centre) et à Deir Ezzor, près de la frontière irakienne.

"A Deir Ezzor, ils étaient plus de 550 000 à la fin de la manifestation, et à Hama, ils étaient plus de 650.000", a-t-il assuré, précisant que les forces de sécurité étaient absentes dans ces deux villes.

La télévision publique syrienne a démenti une telle mobilisation, affirmant que seulement 2000 personnes avaient participé à la manifestation à Deir Ezzor.

Selon M. Abdel Rahmane, les manifestants ont scandé des slogans contre le régime et exprimé leur solidarité avec les villes assiégées par les forces de sécurité, en particulier Homs (centre), théâtre de violences meurtrières depuis une semaine.

Dans cette ville située à 160 km au nord de Damas, plus de 25.000 personnes se sont rassemblées vendredi dans le jardin al-Oulou, dans un quartier majoritairement sunnite, tandis que d'autres quartiers étaient toujours assiégés par les forces de sécurité, selon l'OSDH.

54 tués à Homs depuis samedi dernier

A Homs, au moins 54 personnes ont péri depuis samedi, touchées par des tirs de l'armée ou tuées dans des affrontements entre opposants et partisans du pouvoir, selon des militants.

Et les violences n'ont pas cessé vendredi: "Deux manifestants ont été tués par les tirs des forces de sécurité qui ont dispersé des manifestations" à Homs, a déclaré Abdel-Karim Rihaoui, chef de la Ligue syrienne des droits de l'Homme.

Plus au nord, "deux manifestants ont été poignardés devant la Mosquée Amné à Alep (nord) par des miliciens fidèles au régime qui ont pénétré dans la mosquée".

Il y a eu aussi deux morts et plusieurs blessés à Mleiha, dans la province de Damas, un autre mort à Aazaz, dans la province d'Alep, et un manifestant tué dans le village de Kfar Rouma, dans la province d'Idleb (nord-ouest), selon les militants.

A Damas, où seize manifestants avaient été tués le vendredi précédent par les forces de sécurité, des milliers de militaires ont été déployés tôt vendredi matin, isolant le quartier de Roukn Eddine où vit une importante communauté kurde.

Des milliers de personnes ont cependant manifesté dans la capitale après la prière du vendredi.

A Deraa (sud) où est née la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad le 15 mars, des agents de sécurité étaient déployés autour des principales mosquées mais "des jeunes ont défilé dans la rue al-Koussour et des tirs nourris ont été entendus", a déclaré M. Abdel Rahmane.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK