Syrie: Obama admet ne pas avoir de stratégie contre l'Etat islamique

Un combattant rebelle à Damas, le 22 août
Un combattant rebelle à Damas, le 22 août - © RAMI AL-SAYED - BELGAIMAGE

Le président Barack Obama a affirmé jeudi que les Etats-Unis n'avaient pas encore de stratégie sur une éventuelle intervention militaire en Syrie contre l'Etat islamique et qu'il ne fallait pas s'attendre à des frappes aériennes à court terme.

Après trois semaines de bombardements dans l'Irak voisin contre les positions des jihadistes ultra-radicaux, le président américain a souligné qu'il travaillait sur un projet à la fois militaire et diplomatique pour vaincre l'EI sur la durée, martelant que ce ne serait "ni rapide, ni facile".

"Je ne veux pas mettre la charrue avant les bœufs. Nous n'avons pas encore de stratégie", a affirmé Barack Obama lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche. "Nous avons besoin d'un projet clair", a-t-il jouté, promettant de consulter le Congrès sur ce sujet.

Il a par ailleurs estimé que les Etats-Unis n'avaient pas à faire de choix entre le régime de Bachar al-Assad d'une part et les jihadistes ultra-radicaux de l'Etat islamique d'autre part.

L'administration Obama, qui évoque depuis plusieurs jours de possibles frappes aériennes en Syrie, est dans une position délicate dans la mesure où Washington et Damas se retrouveraient dans ce cas de figure face à un ennemi commun.

"Nous continuerons à soutenir l'opposition modérée car nous devons offrir aux gens en Syrie une alternative à Assad ou l'EI", a poursuivi Barack Obama qui a jugé que le dirigeant syrien avait perdu "toute légitimité" sur la scène internationale.

"Je ne vois aucun scénario dans lequel Assad serait capable d'une façon ou d'une autre d'apporter la paix dans une région qui est à majorité sunnite. Il n'a jusqu'ici jamais démontré sa volonté de partager le pouvoir avec eux ou de chercher un accord", a-t-il ajouté.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK