Syrie: le régime s'effrite, les observateurs partent, les violences durent

Attentat au siège de la radio-télévision à Damas
Attentat au siège de la radio-télévision à Damas - © AFP

Le régime de Bachar el-Assad a perdu un de ses principaux soutiens avec la défection du Premier ministre, lundi. La réaction des capitales occidentales ne s'est pas fait attendre.

Pour les Etats-Unis, Bachar el-Assad a perdu le contrôle de la Syrie. Plusieurs responsables européens estiment pour leur part que cette défection pousse le président syrien vers la sortie mais sur le terrain, les combats continuent.

L'armée a bombardé sans relâche les quartiers rebelles à Alep, dans le nord du pays. Les observateurs de la mission des Nations unies ont quitté la ville ces dernières heures.

Des combats entre insurgés et soldats se sont aussi déroulés dans d'autres régions du pays. La télévision d'État syrienne a fait l'objet d'un attentat à forte portée symbolique. 137 personnes ont encore péri, lundi, à-travers le pays, dont environ 80 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Le Premier ministre, un homme-clef

Riad Hijab est le plus haut responsable à tourner le dos au régime en 16 mois de révolte. Il a rejoint les rangs de l’opposition. D’autres personnalités ont fait défection. Deux ministres et de trois généraux de l'armée ont aussi rejoint l'opposition. C’est un nouveau coup dur pour le régime syrien. Deux mois après sa nomination, le Premier ministre syrien Riad Hijab a lâché le président Bachar al-Assad. Réfugié en Jordanie, il devrait se rendre au Qatar. Il a confirmé l'information, tout en dénonçant les "rimes de guerre et de génocide commis par le régime de Damas". 

Avec cette défection, c'est un nouveau pilier du régime syrien qui est ébranlé. Cette annonce montre que de fortes divisions existent à la tête de l’Etat. Avec ce départ, Bachar al-Assad, qui fait partie de la communauté alaouite, perd le soutien d’un haut responsable d’origine sunnite.

Nicolas Willems

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK