Crise humanitaire en Syrie: relisez le chat avec un coordinateur MSF

Syrie: la crise humanitaire la plus dramatique depuis 20 ans? Chat ce vendredi
Syrie: la crise humanitaire la plus dramatique depuis 20 ans? Chat ce vendredi - © Tous droits réservés

Où en est la situation humanitaire en Syrie? Dans quelles conditions travaillent les organisations humanitaires présentes sur place? Pierre Boulet-Desbareau, coordinateur de terrain des projets MSF en Syrie, a répondu à vos questions.

"Nous sommes face à la crise humanitaire sans doute la plus dramatique que le monde ait connue depuis vingt ans", disait Antonio Guterres, le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, le 16 octobre. 2,2 millions de réfugiés, dont les trois quarts sont des femmes et des enfants, déplacés à l'intérieur du pays, ou de l'autre côté des frontières. Plus de 110 000 victimes: le bilan humain du conflit qui fait rage en Syrie est catastrophique.

Car, indépendamment de l'exil et du danger, ces populations vulnérables n'ont souvent pas accès à l'aide la plus élémentaire. Blocage des accès à plusieurs zones par les autorités, manque de médicaments, et manque de nourriture: "Les populations syriennes sont confrontées à une situation absurde, et voient les inspecteurs pour les armes chimiques se déplacer librement dans le pays, alors que les ambulances, la nourriture et les médicaments distribués par les organisations humanitaires sont bloquées", regrette Christian Stokes, directeur de Médecins sans Frontières (MSF). L'hiver qui arrive ne risque pas d'améliorer la situation.

MSF gère 6 hôpitaux dans le pays, et tente d'amener de l'aide tant matérielle et psychologique. Avez-vous rencontré des Syriens victimes de gaz de combat? "Etant basé dans la partie nord de la Syrie, je n'ai pas rencontré personnellement de victimes d'attaques par armes chimiques. En revanche, nous avons mis en place un dispositif de décontamination au sein de l'hôpital de MSF et formé les équipes pour faire face à ce type de prises en charge médicale. Mais des équipes médicales syriennes que nous soutenons dans Al Goutha (périphérie de Damas) ont fait face à d'importants cas de blessés par agents neurotoxiques au mois d'août dernier" explique Pierre Boulet-Desbareau, coordinateur de terrain des projets MSF en Syrie.

Indépendance d'action

Comment organisez-vous le logement et le transport des collaborateurs de MSF? "L'ensemble des projets MSF déployés en Syrie sont mis en place de manière totalement indépendante. Les structures de santé, mais aussi les logements et le transport, sont assurés par nos équipes. C'est grâce à cette indépendance d'action mais aussi à la prise en charge impartiale des blessés que nous nous assurons du respect des belligérants. Mais on ne peut jamais garantir à 100% la sécurité de notre action, surtout dans un contexte où l'aide médicale est ciblée et détournée par les parties au conflit" poursuit-il.

Pierre Boulet-Desbareau décrit l’état actuel du système de santé syrien : "Il reste quelques hôpitaux syriens qui tentent de rester opérationnels. Mais les structures existantes sont pour la plupart endommagées, les moyens médicaux, matériels et humains, se font rares, réduisant la capacité de prise en charge des populations. Un des éléments frappants que nous constatons dans les zones où nous opérons est la graduelle désertification des ressources médicales. Beaucoup de médecins, chirurgiens et anesthésistes ont dû quitter le pays. Les gens sont amenés à se déplacer de plus en plus loin et longtemps pour recevoir des soins d'urgence malgré les risques liés aux bombardements. De manière générale, cette crise humanitaire s'inscrit dans un temps long qui amène les mécanismes de défense des populations à s'écrouler avec un niveau de vulnérabilité croissant. Nous avons reçu des familles déplacées plus de 7 fois dans le pays à cause des violences. A chaque fois, elles avaient moins de capacité de se loger, se chauffer, se nourrir..."

Réfugiés

Qu’en est-il de l’aide aux réfugiés? "Le plus gros de notre action se trouve en Syrie où les besoins sont les mois biens couverts. Mais nous avons aussi des activités d'assistance aux réfugiés dans l'ensemble des pays périphériques et nous envisageons d'accentuer cette réponse avec le temps vu le flux continus de réfugiés qui traversent la frontière. Un point inquiétant: la fermeture progressive des frontières et l'accumulation de familles déplacées le long de la frontière côté syrien. Cela nous amène depuis quelques mois à renforcer nos opérations pour ces personnes" indique encore Pierre Boulet-Desbareau.

Relisez ci-dessous le chat avec Pierre Boulet-Desbareau, coordinateur de terrain des projets MSF en Syrie.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK