Syrie: Erdogan annonce une offensive imminente contre les milices kurdes

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi le lancement "dans les prochains jours" d'une nouvelle offensive en Syrie contre des milices kurdes
2 images
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi le lancement "dans les prochains jours" d'une nouvelle offensive en Syrie contre des milices kurdes - © ADEM ALTAN

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi le lancement "dans les prochains jours" d'une nouvelle offensive en Syrie contre des milices kurdes, au risque de brouiller davantage ses relations avec leur parrain américain, pour qui une telle opération serait "inacceptable".

Ce serait la troisième offensive lancée par la Turquie en Syrie, où elle est déjà intervenue en 2016 et début 2018 pour repousser de sa frontière les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG).

Cette milice kurde, épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis dans la lutte contre l'EI, est considérée comme "terroriste" par la Turquie, qui craint plus que tout la création d'un "Etat kurde" à sa frontière.

Notre objectif, ce ne sont pas les soldats américains

La collaboration entre Washington et les YPG est l'une des principales pierres d'achoppement troublant les relations turco-américaines. "Nous disons que notre opération pour sauver l'est de l'Euphrate de l'organisation terroriste séparatiste va commencer dans les prochains jours", a déclaré mercredi M. Erdogan, se référant à des zones contrôlées par les milices kurdes dans le nord de la Syrie.

"Notre objectif, ce ne sont pas les soldats américains, mais les membres de l'organisation terroriste active dans cette région", a-t-il souligné.

En réponse, un porte-parole du Pentagone, le capitaine Sean Robertson, a souligné qu'une "action militaire unilatérale (...) dans une zone où du personnel américain pourrait être présent, est très inquiétante".

"Nous considérerions une telle action comme inacceptable", a-t-il ajouté.

Ankara considère les YPG comme une extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984 et qui est classé "terroriste" par la Turquie, mais aussi les Etats-Unis et l'Union européenne.

Archives : Soir Première 20/02/2018

Décryptage de l'offensive turque sur la ville syrienne d'Afrine aux mains des milices kurdes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK