Syrie: des photos satellites montrent Alep dévastée, avant et après

"Toute ma famille vivait ici. Nous avions 10 maisons. Ma mère a été gravement blessée et est hospitalisée en Turquie. Elle ne sait pas que ses fils sont morts. Mon oncle, Mohamed Ali, a perdu 27 membres de sa famille. Il a perdu la raison. (...) Ici, il n’y a plus que des ruines."

Dans un témoignage publié par Amnesty International, Hussein al Saghir, un jeune Syrien de 15 ans, confie avoir perdu seize proches lors de bombardements, à Alep.

Sara al Wawi, une habitante de la ville elle aussi, cherche à comprendre les raisons de la destruction d'un endroit où "il n’y avait que des civils" "Notre quartier était plein de vie, des enfants jouaient partout", dit-elle. "Maintenant ils sont tous morts, même ceux d’entre nous qui sont encore en vie sont morts à l’intérieur, nous avons tous été enterrés sous les décombres."

Amnesty International a publié les photos satellites de la ville (voir ci-dessous), avant et après le carnage causé par les bombardements. Une nouvelle preuve de "l'atteinte aux droits humains et de l'exposition de la population civile", déplore l'ONG.

Ces nouveaux clichés ont permis, toujours selon l'organisation, de réaliser l'analyse la plus détaillée et "l’évaluation la plus complète à ce jour des dégâts physiques et matériels occasionnés à la plus grande ville de Syrie".

Donatella Rovera, conseillère principale sur la réaction aux crises à Amnesty International, déclare que "le risque évoqué il y a un an est devenu réalité : la ville la plus densément peuplée de Syrie a été transformée en un champ de bataille, avec des conséquences désastreuses. Alep est complètement détruite, de nombreux habitants fuient les bombardements et beaucoup d’autres sont pris au piège dans une ville assiégée sous le feu des attaques, dans des conditions humanitaires désespérées."

Outre les déplacements massifs de population (la moitié des habitants ont fui) et la mort de milliers de civils que les bombardements ont provoqué, Amnesty International rappelle les innombrables dégâts subis par l'ancienne ville d'Alep, patrimoine mondial de l'UNESCO.

G. Renier (@g_renier)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK