Syrie: des civils utilisés comme "boucliers humains" à Afrine, selon l'ONU

Syrie: des civils utilisés comme "boucliers humains" à Afrine, selon l'ONU
Syrie: des civils utilisés comme "boucliers humains" à Afrine, selon l'ONU - © STRINGER

L'ONU a exprimé vendredi sa préoccupation à propos de rapports indiquant que des civils pris au piège à Afrine, enclave kurde du nord-ouest syrien, étaient empêchés de fuir par les forces kurdes et utilisés comme "boucliers humains".

"Des centaines de milliers de civils sont en danger", a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, Ravina Shamdasani, lors d'un point de presse à Genève.

"Nous sommes profondément préoccupés par le risque élevé que des civils - qui sont pris au piège - soient tués, blessés, assiégés, utilisés comme boucliers humains ou déplacés du fait des combats", a-t-elle dit.

L'armée turque, aidée de rebelles syriens, mène depuis le 20 janvier une offensive pour chasser d'Afrine et de sa frontière les Unités de protection du peuple (YPG). Ce groupe kurde, considéré par Ankara comme "terroriste", est un allié de Washington dans la lutte contre les jihadistes.

La ville d'Afrine est désormais quasi-encerclée, à l'exception d'un unique couloir utilisé par les civils qui fuient par milliers en rejoignant des zones tenues par le régime. Plus de 30.000 civils ont quitté Afrine depuis mercredi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ankara dément prendre pour cible les civils, mais selon l'OSDH, au moins 245 civils, dont 41 enfants, ont péri depuis le début de l'offensive turque.

Afrine encerclée et bombardée, ce 16 mars:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK