Syrie: à Alep, des raids aériens du régime font 29 morts

Vue générale d'une rue à Alep, le 19 novembre 2013
Vue générale d'une rue à Alep, le 19 novembre 2013 - © Nur Halab

Au moins 29 personnes ont péri samedi dans des raids aériens de l'armée syrienne sur un quartier d'Alep, la métropole du nord, et sur sa province, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon l'ONG, 14 personnes ont été tuées et des dizaines blessées par les raids menés par un hélicoptère militaire sur le quartier de Tariq el-Bab, dans l'est de la deuxième ville de Syrie, tandis que 15 autres, dont une femme et un enfant, ont péri dans quatre raids aériens sur la ville d'Al-Bab et la localité de Tadef, au nord-est de la métropole.

Une vidéo diffusée par les militants sur internet, évoquant un "massacre effroyable" à Tariq el-Bab, montre une foule sur une montagne de ruines après l'effondrement d'au moins un immeuble, plusieurs hommes tentant de dégager les ruines à la recherche d’éventuels survivants. Dans une autre vidéo, des hommes tentent d'éteindre un incendie dans un mini-bus, au milieu des destructions.

Par ailleurs, au moins cinq soldats syriens ont été tués dans une embuscade tendue par les rebelles dans le village de Tayyara, également dans la province d'Alep, selon l'OSDH.

Un ministre syrien échappe à "une tentative d'assassinat"

Le ministre syrien de la Réconciliation nationale a échappé samedi à une tentative d'assassinat, a rapporté la télévision officielle, en précisant que des hommes armés avaient tiré sur sa voiture alors qu'il ne s'y trouvait pas.

"Le ministre de la Réconciliation nationale Ali Haïdar a échappé samedi à une tentative ratée d'assassinat sur la route Masyaf-Qadmous", a indiqué la chaîne, en ajoutant que "son chauffeur avait été tué" dans l'attaque.

Masyaf est située dans la province centrale de Hama, tandis que Qadmous se trouve dans la province côtière (ouest) de Tartous. La chaîne n'a pas précisé à quel endroit précis l'attaque avait eu lieu.

Ali Haïdar, membre de l'opposition tolérée par le régime, a été nommé ministre de la Réconciliation nationale en juin 2012 par le président Bachar al-Assad. Il est président du Parti syrien nationaliste socialiste (PSNS).

Un de ses enfants avait été tué à Hama (centre) par des hommes armés non identifiés en mai 2012.

AFP et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK