Syrie: 26 civils tués dans des frappes de la coalition antidjihadistes, selon l'OSDH

La ville d'Idlib a également été le théâtre de nombreux affrontements
La ville d'Idlib a également été le théâtre de nombreux affrontements - © ISOPIX

Vingt-six civils, dont 14 enfants, ont été tués vendredi dans des frappes aériennes de la coalition dirigée par Washington contre l'ultime poche du groupe Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ces civils, tués dans la ville de Hajine, près de la frontière irakienne, étaient des proches de combattants de l'EI, a précisé l'OSDH, soulignant que neuf femmes faisaient également partie des victimes.

Jeudi, des frappes de la coalition avaient tué sept autres civils de la localité d'al-Chafaa, proche de Hajine, toutes les deux situées dans le dernier réduit de l'EI dans la province de Deir Ezzor, selon la même source. La coalition n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter ces informations.

Elle estime à 2.000 le nombre de combattants de l'EI encore présents dans la région de Hajine. Le groupe ultraradical avait conquis en 2014 de larges pans du territoire syrien avant d'en être chassé et de se retirer dans quelques poches dans l'est sous le coup d'offensives distinctes menées par le régime syrien et son allié russe d'un côté, et une alliance de combattants kurdes et arabes soutenus par Washington de l'autre.

Depuis 2014, plus de 3.300 civils ont perdu la vie dans des frappes de la coalition en Syrie, selon l'OSDH. Cette coalition reconnaît avoir tué "involontairement" plus de 1.110 civils en Irak et en Syrie depuis le début de ses opérations antidjihadistes dans ces deux pays en 2014.

Le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes djihadistes. Il a fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK