Strasbourg: une "agroparade" devant le Parlement européen pour une autre politique agricole

Des participants à l'"agroparade"
Des participants à l'"agroparade" - © FREDERICK FLORIN - AFP

Entre 650 et un millier de manifestants, selon les autorités locales et les organisateurs, ont battu le pavé mardi à Strasbourg pour réclamer "une autre" politique agricole commune européenne (PAC), moins productiviste.

Parti un peu avant 11h30 du centre de la capitale alsacienne, le cortège de cette "agroparade" bruyante et colorée est arrivé à la mi-journée devant le Parlement européen où était organisé un "die-in".

"Ils ont tué les vers de terre, ils ont tué les oiseaux": une fillette strasbourgeoise de 9 ans a lu un texte mettant en garde contre les menaces pesant sur la biodiversité, pendant que des manifestants se couchaient au sol à ses pieds.

Parmi eux figuraient des agriculteurs et apiculteurs français et allemands ainsi que des militants écologistes ou du bien-être animal.

Certains étaient munis de drapeaux de syndicats agricoles ou de pancartes proclamant "entre miel et pesticides, il faut choisir" ou encore "non à l'agro-business. Pour une vraie réforme de l'agriculture européenne".

Une abeille et un porcelet géants

Des remorques sur lesquelles étaient juchés une abeille et un porcelet géants étaient également visibles dans le cortège.

Les manifestants espèrent peser sur le débat autour de la future PAC post-2020. "On dépense des milliards pour la monoculture, on détruit la biodiversité et on perd nos abeilles avec des produits phytosanitaires", a dénoncé Bertrand Hirtz, apiculteur strasbourgeois.

Pour Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, qui a pris la parole au pied du Parlement européen, "la nouvelle PAC devra massivement réorienter les aides vers les actifs plutôt que les volumes ou les surfaces".

"On demande clairement la majoration (des aides) sur les premiers hectares, la dégressivité, un plafonnement beaucoup plus ambitieux et l'aide aux petites fermes", a-t-il expliqué sous les applaudissements.

Des jeunes gens du mouvement "Youth for Climate" ont déployé brièvement des banderoles "I want you to panic" (je veux que vous paniquiez, NDLR), citant une phrase de la militante suédoise Greta Thunberg, et "Youth is watching you" (La jeunesse vous observe) dans la cour du Parlement européen.

Des eurodéputés des groupes socialiste, écologiste, Gauche unitaire et Renew Europe sont venus apporter leur soutien aux manifestants.

Une abeille et un porcelet géants

Des remorques sur lesquelles étaient juchés une abeille et un porcelet géants étaient également visibles dans le cortège.

Les manifestants espèrent peser sur le débat autour de la future PAC post-2020. "On dépense des milliards pour la monoculture, on détruit la biodiversité et on perd nos abeilles avec des produits phytosanitaires", a dénoncé Bertrand Hirtz, apiculteur strasbourgeois.

Pour Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, qui a pris la parole au pied du Parlement européen, "la nouvelle PAC devra massivement réorienter les aides vers les actifs plutôt que les volumes ou les surfaces".

"On demande clairement la majoration (des aides) sur les premiers hectares, la dégressivité, un plafonnement beaucoup plus ambitieux et l'aide aux petites fermes", a-t-il expliqué sous les applaudissements.

Des jeunes gens du mouvement "Youth for Climate" ont déployé brièvement des banderoles "I want you to panic" (je veux que vous paniquiez, NDLR), citant une phrase de la militante suédoise Greta Thunberg, et "Youth is watching you" (La jeunesse vous observe) dans la cour du Parlement européen.

Des eurodéputés des groupes socialiste, écologiste, Gauche unitaire et Renew Europe sont venus apporter leur soutien aux manifestants.

Une abeille et un porcelet géants

Des remorques sur lesquelles étaient juchés une abeille et un porcelet géants étaient également visibles dans le cortège.

Les manifestants espèrent peser sur le débat autour de la future PAC post-2020. "On dépense des milliards pour la monoculture, on détruit la biodiversité et on perd nos abeilles avec des produits phytosanitaires", a dénoncé Bertrand Hirtz, apiculteur strasbourgeois.

Pour Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, qui a pris la parole au pied du Parlement européen, "la nouvelle PAC devra massivement réorienter les aides vers les actifs plutôt que les volumes ou les surfaces".

"On demande clairement la majoration (des aides) sur les premiers hectares, la dégressivité, un plafonnement beaucoup plus ambitieux et l'aide aux petites fermes", a-t-il expliqué sous les applaudissements.

Des jeunes gens du mouvement "Youth for Climate" ont déployé brièvement des banderoles "I want you to panic" (je veux que vous paniquiez, NDLR), citant une phrase de la militante suédoise Greta Thunberg, et "Youth is watching you" (La jeunesse vous observe) dans la cour du Parlement européen.

Des eurodéputés des groupes socialiste, écologiste, Gauche unitaire et Renew Europe sont venus apporter leur soutien aux manifestants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK