Steven Vanackere: "On ne tue pas des milliers de personnes sans punition"

Steven Vanackere, ministre des Affaires étrangères
Steven Vanackere, ministre des Affaires étrangères - © Eric Lalmand (Belga)

Oussama Ben Laden a été tué lors d'une opération commando au Pakistan. Le ministre belge des Affaires étrangères, Steven Vanackere entend "féliciter l'administration américaine". Louis Michel, ministre lors des évènements du 11 septembre souligne la victoire du "style Obama".

Barack Obama a annoncé avoir tué le chef d'Al-Qaeda. Steven Vanackere souhaite "féliciter l'administration américaine". Pour le ministre des Affaires étrangères, il est important que les actes ne restent pas impunis. "On ne tue pas des milliers de personnes sans punition", dit-il. Peut-on dire que "justice est faite" ? "Oussama Ben Laden était fier de tuer, il avait annoncé qu'il tuerait davantage". Steven Vanackere refuse de considérer sa mort comme "injuste" et évoque une "utilisation légitime de la force".

"Procéder à l'arrestation d'Oussama Ben Laden pour le présenter devant une Cour aurait été préférable", mais le chef d'Al-Qaeda l'avait affirmé: il ne se laisserait pas prendre vivant. Steven Vanackere affirme que la mort d'Oussama Ben Laden "réjouit ceux qui choisissent la démocratie au delà du terrorisme". 

Louis Michel: "une victoire pour Barack Obama"

Pour celui qui était ministre des Affaires étrangères lors des évènements du 11 septembre, il faut surtout voir dans tout ça une "victoire dans un autre style que Bush". "Barack Obama prend garde à ne pas faire un amalgame entre la lutte contre Oussama Ben Laden et guerre contre l'Islam", explique Louis Michel. Dans le studio de Matin première, il estime qu'on peut se "réjouir que justice soit faite". 

Une victoire politique pour les Etats-Unis, donc. Barack Obama a inspiré une nouvelle politique américaine qui "vise à s'attaquer aux causes". 

La mort du chef d'Al-Qaeda est une "étape symbolique dans la lutte contre le terrorisme". Pour Louis Michel, le seul moyen de réduire le risque de terrorisme est incontestablement de régler le conflit au Moyen-Orient. "Mais il faut une volonté politique", dit-il. 

Yves Leterme: "un soulagement pour la communauté internationale"

Le premier ministre Yves Leterme parle, lui, de "soulagement pour la communauté internationale et les milliers de victimes". Concernant la méthode utilisée par les Etats-Unis pour supprimer Oussama Ben Laden, il confie qu'il aurait "préféré un procès, qu'il rende compte des actes commis". "Mais là, justice est faite, c'est une bonne chose", affirme-t-il.

A propos d'un éventuel risque de menace terroriste, le premier ministre parle de "vigilance". "La Belgique va analyser les risques et adapter, si besoin en est, le dispositif sécuritaire", dit Yves Leterme. "On verra dans les heures ou jours qui viennent s'il faut relever le niveau d'alerte".

Pieter De Crem craint des attentats

Le ministre de la Défense démissionnaire Pieter De Crem (CD&V) est d'avis que l'élimination d'Oussama Ben Laden peut accélérer la stabilité en Afghanistan, où sont basées des troupes étrangères dont des belges. Interrogé sur la VRT-Radio, il a également dit craindre d'éventuels attentats. "Je pense que nous devons rester vigilants face à de possibles répliques", a-t-il dit.

Pieter De Crem a admis que les autorités américaines n'avaient pas averti leurs alliés de l'opération visant le leader d'Al-Qaeda. Les menaces terroristes revues à la hausse et la nervosité des derniers temps pouvaient être perçues comme "des indications que les opérations de recherche de Ben Laden commençaient à porter leurs fruits ces derniers mois et semaines", a-t-il cependant précisé.




AdC
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK