Steinmeier pour un retrait des armes nucléaires américaines d'Allemagne

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank Walter Steinmeier souhaite le retrait des dernières armes nucléaires américaines de son pays, les estimant "militairement obsolètes", rapporte l'édition à paraître lundi du magazine 'Der Spiegel'.

Les armes nucléaires encore présentes en Allemagne "sont aujourd'hui militairement obsolètes" et "devraient être retirées d'Allemagne", a affirmé M. Steinmeier, un social-démocrate.

"Le retrait de ce type d'armes doit être un thème de la prochaine conférence sur le désarmement préconisée par les Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Ses remarques interviennent après le discours à Prague du président américain Barack Obama, qui a proposé de relancer les efforts contre la prolifération de l'atome en vue d'aboutir à un monde "sans armes nucléaires".

Elles interviennent également à la veille des traditionnelles manifestations de Pâques où les opposants du nucléaire en Allemagne dénoncent ces armes depuis plus de 50 ans.

Les conservateurs allemands, la chancelière Angela Merkel en tête, estiment toutefois que la présence d'armes nucléaires américaines dans le pays permet à Berlin de "conserver une influence dans ce secteur très sensible", notamment au sein de l'OTAN, selon un responsable conservateur à la défense, cité par le magazine.

Les Etats-Unis ont retiré la plupart de leurs armes nucléaires d'Europe dans les années 1990s, après la fin de la Guerre froide.

Une centaine de ces armes seraient encore stationnées en Allemagne, en Belgique, en Italie, aux Pays-Bas et en Turquie. Berlin n'a jamais eu ses propres armes nucléaires, rappelle 'Der Spiegel'.

Un expert de la Fédération des scientifiques américains (FAS), Hans Kristensen, estime pour sa part que l'US Air Force Europe (USAFE) dispose sur plusieurs bases européennes, dont celle de Kleine Brogel (Limbourg), de 200 à 350 bombes B-61 stockées dans des abris souterrains appelés WS3 (Weapon Storage and Security System). La base belge et son équivalente néerlandaise abritent toutes deux des chasseurs-bombardiers F-16 à "double capacité" (conventionnelle et nucléaire), de l'aveu même des deux gouvernements.

Par ailleurs, M. Steinmeier s'est félicité vendredi des ouvertures faites par Moscou et Washington en matière de désarmement.

"Pour la première fois depuis des années, nous avons aujourd'hui la chance de trouver un nouveau point de départ pour le désarmement international", a affirmé le ministre dans un communiqué.

"Nous accueillons et soutenons les récentes déclarations des présidents (américain et russe) Barack Obama et Dmitri Medvedev en vue d'une réduction massive de leurs arsenaux nucléaires", a-t-il ajouté.

Il a également appelé le Sénat américain à ratifier le traité sur l'interdiction totale des tests nucléaires (TICE), estimant qu'un tel vote permettrait de relancer les négociations multilatérales sur le désarmement.

Et il a plaidé en faveur d'une résolution du différend entre Moscou et Washington sur la mise en place d'un bouclier anti-missiles en Europe de l'est.

(Belga)