Statut de Jérusalem: pour Charles Michel, Donald Trump a mis "de l'huile sur le feu"

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, était en visite à Bruxelles ce lundi. Une visite très attendue, moins d'une semaine après la décision de Donald Trump de transférer l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem

Interrogé à ce sujet par la RTBF, Charles Michel a estimé que l'Union européenne pouvait jouer un rôle de médiation dans ce dossier. "Nous avons tous intérêt à ce qu'il y ait de l'apaisement dans cette région du monde, a déclaré le Premier ministre. Nous savons que les tensions en Israël et en Palestine nourrissent une forme de haine et de violence qui se ressent partout dans le monde."

Nous avons condamné sans ambiguïté la déclaration de Donald Trump

Le Premier ministre poursuit : "C'est la raison pour laquelle nous avons condamné sans ambiguïté la déclaration de Donald Trump. C'était de l'huile sur le feu. On n'a pas besoin de cela. Au contraire, on a besoin de forces de bonnes volontés [que] l'Europe peut incarner."

Charles Michel rappelle que "l'Europe est le principal partenaire économique d'israel et le principal partenaire pour l'aide au développement de la Palestine". Dans ce contexte, "on peut être au milieu du jeu avec un réel poids politique, une capacité d'aller vers une désescalade. C'est l'ambition qu'on doit avoir. Mais je suis réaliste, l'Europe, c'est 28 pays. Il y a quelques pays européens qui ne sont pas sur la même longueur d'onde. On saura en fin de semaine ce débat de vérité sur ce sujet."

>>> A lire aussi: Alexander De Croo: "Nous réclamons à Israël des compensations pour les destructions"

Plus tôt dans la journée de lundi, la cheffe de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, a répété la position européenne selon laquelle la solution dite à deux Etats, c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien coexistant avec Israël, chacun ayant Jérusalem pour capitale, restait la seule valable pour résoudre le conflit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK