Soupçons de corruption à la FIFA : la Fédération parodiée sur le Web

Le président Sepp Blatter n'a pas été épargné par les internautes
Le président Sepp Blatter n'a pas été épargné par les internautes - © Twitter

A la suite de l’arrestation de plusieurs cadres de la FIFA soupçonnés de corruption, ce matin, à Zurich, les réactions ne se font pas attendre sur les réseaux sociaux. Avec l’élection, dans deux jours, du prochain président de la FIFA –où le très controversé Sepp Blatter est le grand favori à sa propre succession-, cumulée à l’annonce par la justice suisse, qui a ouvert le 10 mars une enquête publique sur l’attribution des Coupes du monde de 2018 en Russie, et 2022 au Qatar, la Fédération Internationale de Football se retrouve dans la tourmente. Si le prince Ali, seul concurrent opposé au président sortant, qualifie cette journée de "triste" pour le football, les nouvelles de ce matin sont loin d’étonner certains internautes, qui ne s’empêchent pas de critiquer, avec humour parfois, les agissements de la FIFA.

Si la FIFA, qui doit élire un nouveau président après-demain, est sous le coup de deux enquêtes simultanées pour corruption, celles-ci restent toutefois distinctes. Il n'empêche que les trois affaires font effet boule de neige auprès des internautes, qui ne sont pas dupes et qui ne s'empêchent de charrier la fédération et son actuel président suisse, Sepp Blatter. 

A la demande de la justice américaine, la police suisse a donc arrêté sept cadres de l'institution du football ce mercredi matin à Zurich. Cachés à l'aide d'un drap blanc, il n'en fallait pas plus pour que les premières réactions se fassent entendre. 

 

Et c'est Sepp Blatter, dont l'implication dans ces affaires a été réfutée, qui est le premier visé par les Twittos:

Certains journalistes sportifs, eux aussi, n'ont pas leur langue en poche:

Ce genre d'information est toujours l'occasion pour les internautes de s'adonner à bon nombre de détournements:

N.S (@NoSpies)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK