Soulèvements en Tunisie: pour la défense de la charia ?

Affrontements avec la police dans les rues de Tunis
Affrontements avec la police dans les rues de Tunis - © AFP PHOTO / FETHI BELAID

La Tunisie a connu mardi une deuxième journée d'affrontements entre des centaines manifestants musulmans radicaux et les forces de l'ordre. Les autorités ont décidé d'instaurer un couvre-feu nocturne dans plusieurs régions du pays.

Ce couvre-feu est en vigueur entre 21 et 5 heures. Il couvre le grand Tunis et quatre autres gouvernorats : Sousse, Monastir, Jendouba et Medenine.

Des violences ont éclaté simultanément dans plusieurs régions du pays, dans la nuit de lundi à mardi, et elles se sont poursuivies mardi. Selon les autorités, les troubles sont menés par des salafistes et des groupes de délinquants mêlés. Ils ont attaqué les sièges d'institutions représentant le pouvoir, comme des postes de police, des tribunaux, des locaux du principal syndicat ou de partis politiques.

Une exposition artistique à Tunisie aurait déclenché des manifestations de colère, parce que les œuvres présentées ont été jugées offensantes pour l'islam. Mais le caractère simultané des violences à travers le pays et leur ampleur posent question. Certains relèvent que le leader d'Al Qaïda Ayman al Zaouhari avait appelé les Tunisiens à défendre la charia, la loi musulmane. Des leaders salafistes ont également lancé des appels au soulèvement.

Ces appels ont été suivis de scènes d'émeutes : rues bloquées, magasins pillés, commissariat incendié... Le ministre de l'Intérieur s'attend à une poursuite des violences dans les jours à venir.

Daniel Fontaine

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK