Soudan du Sud: un chef rebelle assassiné

Selon la SPLA, l'armée régulière du Soudan du Sud, le chef rebelle a été tué par ses propres hommes après être revenu sur l'accord de cessez-le-feu, mais selon la source rebelle, il a été "assassiné" par la SPLA.

"Il n'a pas été tué par la SPLA, il a été tué par ses propres hommes", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée, Philip Aguer.

Les autorités du Soudan du Sud, formellement indépendant depuis le 9 juillet, sont confrontées à au moins sept milices rebelles, souvent menées par d'anciens officiers de la SPLA. Les violences dues à ces conflits ont fait plus de 1800 morts depuis le début de l'année.

Scission au sein-même de la milice

Gatluak Gai, chef de milice dans l'Etat d'Unité, dans le nord du Soudan du Sud, avait signé un accord de cessez-le-feu la semaine dernière après des mois de négociations avec le gouverneur d'Unité, Taban Deng Gai. Mais il a changé d'avis il y a trois jours, provoquant une scission au sein de sa milice, selon Philip Aguer.

"Quand il est revenu à la réunion avec ses hommes, certains d'entre eux ont dit qu'ils n'allaient pas le suivre. Gatluak Gai et trois hommes qui avaient combattu avec lui ont été tués dans une fusillade" ce samedi matin, a assuré le porte-parole de la SPLA.

"Les 80 rebelles qui se sont opposés à eux ont accepté de rejoindre la SPLA", a-t-il précisé.

Mais Bol Gatkouth, un porte-parole d'un autre groupe rebelle actif dans l'Etat d'Unité, a donné une autre version des faits: "Gatluak Gai a été tué par la SPLA (...). Il a signé un accord de paix et il a été pris dans une embuscade par ceux-là même avec lesquels il avait signé".

AFP
Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK