Sotchi la sportive, à n'importe quel prix

Vue de Sotchi depuis l'université du sport.
7 images
Vue de Sotchi depuis l'université du sport. - © RTBF

Le maire de Sotchi est bien entouré. Au dessus de son bureau trônent les portraits du Premier ministre et du président Vladimir Poutine. Anatoly Pakhomov, le sait, si Sotchi, sa ville, accueille en 4 ans les deux événements sportifs les plus importants au monde, c'est au président Vladimir Poutine qu'il le doit.

"C'est grâce au président, c'est grâce à Vladimir Poutine que Sotchi est telle qu'elle est aujourd'hui. C'est son initiative d'accueillir ici les Jeux olympiques et la Coupe du monde de 2018. C'est vrai qu'il porte à notre ville une attention particulière, si Sotchi est telle qu'on la voit aujourd'hui, c'est au mérite de Vladimir Poutine que nous le devons."

"Nous faisons partie de l'histoire du sport mondial"

Sur la place centrale, juste à côté de l'hôtel de ville, un petit musée à la gloire olympique a été installé. Le maire joue au guide pour nous, passant d'une photo du président à celles de médaillés russes. Le sourire aux lèvres, il ne cache pas sa fierté. "Évidemment que je suis très fier, et je pense que chacun le serait à ma place... Maintenant, nous faisons partie de l'histoire mondiale, l'histoire du sport mondial."

Une histoire improbable, puisque Sotchi est une station balnéaire bien connue des Russes qui a été propulsée station de ski olympique il y a 4 ans. En réalité, quand on parle de ce Sotchi olympique, les Russes l'appellent le "Bolshoy Sochi", le grand Sotchi, car le parc olympique est à plus de 40 kilomètres du centre ville et la station de ski à une bonne heure de route. Le centre historique, lui est tourné vers la mer.

"Tout ça, c'est pour montrer à quel point la Russie est belle"

Sur la promenade qui longe la mer Noire, les touristes sont nombreux. Ils viennent de toute la Russie. Mais ici on n'entend que du Russe, les touristes étrangers n'ont pas afflué, contrairement à ce qui avait été promis aux habitants après les JO de 2014. Et le discours est le même cette année pour la Coupe du monde et les nouveaux frais qu'elle engendre.

Pourtant, personne n'émet la moindre critique sur les sommes considérables qui ont été dépensées pour faire de Sotchi "la capitale sportive" de la Fédération de Russie. Aux 37 milliards d'euros nécessaires pour les Jeux d'hiver, ce qui en a fait les JO les plus chers de l'histoire, il a encore fallu ajouter "5 milliards de roubles (69,5 millions d'euros) tout compris" selon le maire pour les préparatifs et adaptation nécessaires pour la Coupe du monde.

"À mon avis, c'est un très bon investissement, parce que la Coupe du monde va attirer beaucoup de touristes. Je pense que la Russie reste un pays qui n'est pas vraiment apprécié à l'étranger, et probablement que ce championnat de football va attirer beaucoup de touristes étrangers", nous répond un passant qui n'habite pas Sotchi mais qui vient d'y acheter une résidence secondaire.

Deux jeunes filles qui habitent à Sotchi rigolent quand on leur demande si elles ont entendu que la Coupe du monde se déroulait dans leur ville. "Bien sûr qu'on est au courant de l'organisation de cette Coupe du monde, c'est une très bonne chose pour la Russie. Ça va permettre d'améliorer l'infrastructure de la ville et du pays", nous répond la première en passant une main dans ses longs cheveux et en reprenant à son compte les arguments répétés maintes fois par les autorités.

"Tout ça, c'est pour montrer entre guillemets à quel point la Russie est belle", lui répond la seconde, manifestement moins convaincue par l'utilité de ce gigantesque événement et de la facture qu'il va laisser aux habitants de la Fédération de Russie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK