Sommet nucléaire: l'Ukraine montre la voie

Barack Obama a défini les enjeux de ce sommet. Pour le président américain, la plus grande menace est la possibilité qu'une organisation terroriste ou qu'un Etat voyou obtienne une arme nucléaire.

Face à ce péril, le président Obama veut obtenir des engagements clairs de la part de ses invités. Il s'agit notamment de mesures concrètes, pour sécuriser les matériaux fissiles, afin d'empêcher des terroristes de s'en emparer.

L'Ukraine a montré la voie. Kiev va se débarrasser, d'ici à 2012, de l'intégralité de son uranium hautement enrichi, un stock qui aurait pu suffire à fabriquer plusieurs bombes nucléaires

Cette annonce spectaculaire est intervenue peu après une rencontre, entre le président américain Barack Obama, et son homologue ukrainien Viktor Ianoukovitch à Washington. Une décision saluée par la Maison Blanche, qui en fait un exemple à suivre.

Le sommet de Washington sur la sécurité nucléaire est le plus important organisé par les Etats-Unis depuis 1945, vu le nombre de chefs de d'Etat ou de gouvernement qui y participent

L'Iran, et la Corée du Nord, qui s'est retirée en 2003 du Traité de non prolifération, n'ont pas été conviés.

Le dossier nucléaire iranien doit être évoqué

Les efforts déployés par Barack Obama pour obtenir l'adoption d'un nouveau train de sanctions contre l'Iran sont passés à une vitesse supérieure hier.

Il s'est entretenu, pendant une demi-heure, avec son homologue chinois Hu Jintao. Le président Obama a insisté sur la nécessité d'agir sans attendre face au programme nucléaire.

De son côté, le président chinois a accepté que Pékin s'associe à la rédaction d'une résolution des Nations unies sur de nouvelles sanctions contre Téhéran.

 

M.S. avec Nicolas Willems

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK