Sommet: le couple Merkhollande veut approfondir l'union monétaire

Angela Merkel et François Hollande dans la cour de l'Elysée, le 27 juin 2012
Angela Merkel et François Hollande dans la cour de l'Elysée, le 27 juin 2012 - © Bertrand Langlois

Angela Merkel et François Hollande se sont retrouvés mercredi soir à Paris et ont affiché leur volonté d'"approfondir l'union économique et monétaire, demain politique", à la veille d'un sommet censé apporter le salut à une Europe paniquée par l'Espagne qui vacille.

"Nous sommes aujourd'hui à la veille d'un Conseil européen important, nous avons déjà bien travaillé. Il y a eu des progrès, notamment sur la croissance qui a été l'objet de nombreuses discussions qui ont abouti", a déclaré François Hollande avant cet entretien.

"Nous voulons, l'un comme l'autre, approfondir l'union économique, monétaire et demain politique pour arriver à une intégration et à une solidarité", a-t-il poursuivi.

Qualifiant la situation de "sérieuse", la chancelière allemande a parlé de l'"obligation de construire l'Europe forte et stable de demain". "Il nous faut plus d'Europe, il nous faut une Europe qui fonctionne, (...) il nous faut une Europe dont les membres s'entraident les uns les autres", a-t-elle ajouté.

Avant de rejoindre l'Elysée, où elle doit dîner avec le président français, Angela Merkel avait plaidé à nouveau pour une plus grande intégration et contre des "solutions faciles", dans un discours au Bundestag, la chambre basse du parlement.

Il n'y a "pas de solution rapide, facile à la crise", a-t-elle prévenu devant les députés allemands.

Réformes structurelles

Des réformes structurelles dans les pays en difficulté seront "tout en haut de l'ordre du jour" au sommet de jeudi et vendredi, a-t-elle encore souligné, disant s'attendre à "des controverses" et à ce que "tous les yeux, ou du moins beaucoup d'yeux, soient braqués sur l'Allemagne".

Mais les forces de la première économie européenne ne sont pas illimitées, et Berlin a déjà donné suffisamment de gages à l'Europe, a fait valoir la chancelière, qui a répété son opposition à toute forme de mutualisation de la dette en zone euro tant que les possibilités de "contrôle et d'intervention" sur les budgets des uns et des autres n'auront pas été renforcées.

Angela Merkel a d'ailleurs sévèrement critiqué l'accent mis dans le document présenté mardi par le président de l'UE Herman Van Rompuy sur la mise en commun de la dette.

Madrid et Rome dans la tempête

Pour Berlin, toute mutualisation pré-suppose une intégration européenne poussée qui verra les pays membres de l'UE céder de plus en plus de leur souveraineté. C'est ce que Mme Merkel veut mettre sur la table à Bruxelles.

Mais si l'idée de plus d'intégration semble faire son chemin, elle reste pour beaucoup une considération de second plan au regard de l'acuité de la crise et ce, même si les Bourses européennes connaissaient un répit mercredi: à Francfort, le Dax a fermé en hausse de 1,50%, la Bourse de Paris de 1,67%.

La zone euro a annoncé mercredi envisager d'aider, en coordination avec le FMI, l'île de Chypre, devenue en début de semaine le cinquième pays de l'union monétaire à solliciter l'aide de ses partenaires.

Quant à l'Espagne et l'Italie, elles sont plus que jamais dans la tempête.

La chute du PIB espagnol s'est accélérée au deuxième trimestre, a prévenu mercredi la Banque d'Espagne. Le chef du gouvernement Mariano Rajoy a prévenu que Madrid ne pourrait pas se financer longtemps aux taux actuels. L'Espagne devait offrir mercredi 6,8% de taux d'intérêt annuel aux investisseurs sur des emprunts à dix ans.

Pour parer à l'embrasement de toute la zone euro, les Européens doivent "mener des actions pour s'attaquer au besoin de croissance, au besoin de création d'emplois", a plaidé mardi un porte-parole de la Maison-Blanche, se faisant l'écho des attentes fortes nourries à l'égard du sommet de Bruxelles.

Celles-ci risquent fort d'être déçues en ce qui concerne la croissance. La semaine dernière Angela Merkel, MM Rajoy, Hollande et Monti ont donné le ton en proposant un "pacte" visant à mobiliser entre 120 et 130 milliards d'euros, soit environ 1% du PIB européen, à court terme.

"De la poudre aux yeux", a commenté mercredi l'hebdomadaire allemand Spiegel, alors que Angela Merkel estime qu'elle a envoyé "un signal fort".

AFP

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK