Sommet européen : après Ursula von der Leyen, la Première ministre finlandaise contrainte de partir après un contact covid-19

Sommet européen : après Ursula von der Leyen, la Première ministre finlandaise contrainte de partir après un contact covid-19
Sommet européen : après Ursula von der Leyen, la Première ministre finlandaise contrainte de partir après un contact covid-19 - © JOHANNA GERON - AFP

La Première ministre finlandaise Sanna Marin a dû quitter le sommet européen de Bruxelles précipitamment vendredi en milieu de matinée, après avoir reçu la confirmation qu’elle avait été en contact avec un député de son pays entre-temps testé positif au coronavirus.

Elle s’est placée en isolement par précaution, même s’il n’y a pas d’indication qu’elle ait été contaminée.

Avant elle, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait dû faire de même jeudi au début du sommet. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, quant à lui, n’avait pas fait le déplacement à Bruxelles pour la même raison. Il se fait représenter au sommet par le Premier ministre tchèque Andrej Babis. Mme Marin se fait quant à elle représenter par le chef du gouvernement suédois Stefan Löfven, selon la diplomatie finlandaise.


►►► À lire aussi : Brexit, Covid et climat au menu du sommet européen à Bruxelles


Après le départ de Mme Von der Leyen, la Commission n’avait plus de représentant à ce sommet. L’Allemande n’a pas demandé formellement à se faire remplacer et, quoi qu’il en soit, la Commission est présente aux sommets à titre consultatif, sans droit de vote.

Mme Marin avait pris la parole jeudi pour interroger le président du Conseil Charles Michel sur l’opportunité de réunions physiques, mais ces dernières restent indispensables pour trancher les points les plus délicats, avaient convenu plusieurs intervenants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK