Somalie: les pirates capturent un cargo chinois au grand large

RTBF
RTBF - © RTBF

Des pirates somaliens ont capturé lundi un cargo chinois et ses 25 membres d'équipage, tous Chinois, au nord-est des Seychelles, dans l'océan Indien, démontrant une nouvelle fois leur capacité à étendre leur rayon d'action et échapper ainsi à la flotte antipiraterie.

L'opération s'est déroulée "vers midi" (heure locale) à 550 milles nautiques au nord-est de l'archipel des Seychelles et à 700 milles nautiques de la côte est de la Somalie, a annoncé dans un communiqué l'opération européenne antipiraterie Atalante.

"Dès les premières indications de l'attaque, un avion d'Atalante s'est rendu sur place pour suivre la situation", souligne le communiqué.

Le cargo compte 25 membres d'équipage, tous Chinois, a précisé à l'AFP à Bruxelles un porte-parole d'Alatante, le commandant John Harbour.

A Pékin, le ministère chinois des Transports a assuré que les agences gouvernementales concernées s'efforçaient de porter secours au cargo, a rapporté l'agence Chine Nouvelle.

Selon des sources maritimes dans l'océan Indien, l'attaque serait la première enregistrée à l'est du 60ème degré de longitude, entre les Seychelles et les Maldives.

Des pirates somaliens avaient déjà capturé jeudi un cargo porte-conteneurs singapourien dans l'océan Indien, au nord des Seychelles, une opération qui avait confirmé la reprise récente des attaques dans une zone pourtant très éloignée des côtes somaliennes.

C'est dans cette zone également que des thoniers français ont été attaqués le 10 et le 13 octobre par des pirates présumés. Ces agressions avaient été repoussées par des tirs de militaires français présents à bord pour protéger les bâtiments.

Ces incidents étaient localisés entre 300 et 500 km au nord des Seychelles. L'attaque de lundi s'est déroulée à environ 1 000 de km au nord-est des Seychelles et 1 250 km à l'est des côtes des côtes somaliennes, démontrant le rayon d'action toujours plus grand des pirates.

Ces derniers utilisent le plus souvent des bateaux mère, qui leur permettent de lancer leurs embarcations rapides à l'assaut de navires de commerce en haute mer.

Les pirates semblent délaisser le golfe d'Aden, l'une des routes maritimes les plus fréquentées au monde et maintenant sécurisée par des navires de guerre. Ils sévissent à présent plus à l'est, dans le vaste océan Indien, à la faveur de la fin de la mousson et du retour à une mer calme.

Samedi, le ministre seychellois des Ressources naturelles et des Transports Joel Morgan soulignait l'impact de la piraterie sur l'économie de l'archipel: "de février à juin, nous avons observé une baisse de 30% du trafic maritime dans la région, touchant principalement les thoniers".

Avec cette nouvelle capture, les pirates somaliens détiennent désormais six navires étrangers et quelque 146 marins, selon l'ONG Ecoterra International, qui suit ces questions dans la région. 174 navires ont été pris d'assaut depuis début 2009, dont 49 capturés, selon la même source.

Un thonier géant espagnol, l'Alakrana et ses 36 marins ont été capturés le 2 octobre entre la Somalie et les Seychelles. Les pirates réclament quatre millions de dollars de rançon et la libération de deux des leurs arrêtés par la marine espagnole, pour les relâcher.

De leur côté, plusieurs thoniers espagnols opérant à partir des Seychelles ont embarqué des ex-militaires britanniques employés par une compagnie de sécurité privée pour les protéger des pirates, a affirmé lundi le quotidien El Pais.

Cette décision a été prise à la suite du refus du gouvernement espagnol d'embarquer des militaires sur ces bateaux, alors que des fusiliers marins français protègent des thoniers français et ont repoussé plusieurs attaques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK