Somalie: le Kenya lance une opération militaire contre les Shebab

Des soldats kényans discutent avec un autochtone près de Liboi, à la frontière avec la Somalie, le 15 octobre 2011
Des soldats kényans discutent avec un autochtone près de Liboi, à la frontière avec la Somalie, le 15 octobre 2011 - © Tony Karumba

L'armée kényane a lancé dimanche une opération en territoire somalien contre les islamistes armés soupçonnés d'avoir enlevé récemment des étrangers, a annoncé un porte-parole du gouvernement kényan.

"Nous avons pénétré en Somalie pour y poursuivre les shebab que nous tenons pour responsables de rapts et d'attaques dans notre pays", a annoncé Alfred Matua à l'AFP.

Un journaliste de l'AFP proche de la frontière a pu constater la présence d'un fort contingent militaire kényan, alors que des hélicoptère et des avions effectuaient des survols de la zone.

Selon des témoins, des colonnes de camions militaires ont également pris la direction de la frontière.

Deux employées espagnoles de Médecins sans frontières (MSF) Montserrat Serra et Blanca Thiebaut ont été enlevées le 13 octobre par des hommes armés à Dadaab, plus grand complexe de camps de réfugiés du monde situé dans l'est du Kenya.

Les deux Espagnoles, employées à la construction d'un hôpital à Dadaab, ont été ensuite transférées en Somalie par leurs ravisseurs.

Le Kenya a accusé de ces rapts les insurgés islamistes shebab, des milices qui se réclament d'Al-Qaida et contrôlent une grande partie de la Somalie. Les shebab n'ont pas revendiqué ces enlèvements.

Ce double kidnapping porte à quatre le nombre de ressortissantes européennes prises en otage en un peu plus d'un mois au Kenya.

Une Française, Marie Dedieu, 66 ans et cancéreuse, a été enlevée le 1er octobre dans l'archipel touristique de Lamu et une Britannique, Judith Tebbutt, 56 ans, le 11 septembre dans la même région, à quelque dizaines de kilomètres de la frontière somalienne.

Les deux femmes ont toutes les deux été emmenées en Somalie par leurs ravisseurs.

Le ministre kényan de la Sécurité intérieure George Saitoti avait annoncé samedi que l'armée s'apprétait à intervenir, et que la fronière entre les deux voisins avait été fermée.

"Notre intégrité territoriale est compromise par de graves menaces de terrorisme, nous ne pouvons pas tolérer que cela se produise", avait il assuré.

"Si vous êtes attaqués par un ennemi, vous avez le droit de poursuivre cet ennemi jusqu'à l'endroit où vous le trouverez", a renchéri le ministre de la Défense Yusuf Mohammed Haji, qui s'exprimait au coté de M. Saitoti.

Les autorités kényanes ont également annoncé qu'elles allaient procéder à des contrôles plus sévères des réfugiés somaliens qui entrent au Kenya.


AFP
Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK