Somalie: l'Ariana est libre selon les pirates, le propriétaire dément

RTBF
RTBF - © RTBF

Des pirates somaliens ont affirmé jeudi avoir libéré, contre forte rançon, le cargo grec Ariana et son équipage ukrainien après plus de six mois de capture, ce que le propriétaire du bateau a catégoriquement démenti, affirmant que le navire était toujours prisonnier.

"A la suite d'intenses négociations ces quatre derniers jours, l'Ariana est libre après le versement de 3,7 millions de dollars", a annoncé jeudi midi à l'AFP un pirate somalien basé dans le village côtier d'Harardhere (300km au nord de Mogadiscio).

"Les propriétaires du bateau ont joué au plus fin pendant un certain temps sans comprendre le sérieux de la situation", a-t-il ajouté depuis Harardhere, l'un des repaires des pirates somaliens.

Mais le propriétaire de l'Ariana a démenti cette information et affirmé que le bateau se trouvait toujours aux mains des pirates, accréditant des indications de l'ONG environnementale Ecoterra International, spécialisée dans la piraterie somalienne, selon lesquelles "le bateau n'a(vait) pas encore été libéré" jeudi en début de soirée.

"L'annonce de la libération est un mensonge des pirates", a affirmé à l'AFP Spyros Minas, le directeur de la compagnie All Ocean Shipping, basée à Athènes. "Pour que le bateau soit relâché, il faudrait déjà que nous ayons payé une rançon, or nous n'avons rien versé et si effectivement l'équipage avait été libéré, nous en aurions été informés par le capitaine", a-t-il ajouté.

De son côté, le ministère ukrainien des Affaires étrangères a indiqué ne pas avoir de confirmation de la libération du navire.

Le MV Ariana avait été capturé le 2 mai dans l'océan Indien, à 250 milles au sud-ouest des Seychelles, avec à son bord 10 000 tonnes de soja, alors qu'il faisait route vers le Moyen-Orient en provenance du Brésil.

 

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK