Soixante journalistes et de membres du personnel des médias ont été tués en 2020

Soixante journalistes et de membres du personnel des médias ont été assassinés en 2020 dans des attaques ciblées, des explosions à la bombe et des tirs croisés dans seize pays du monde, soit onze de plus qu’en 2019, a affirmé mercredi la Fédération internationale des journalistes (FIJ).

Depuis 1990, la FIJ, qui se présente comme la première organisation mondiale de la profession, a enregistré 2676 morts dans le monde.

"L’année 2020 restera dans l’histoire comme celle d’une crise pandémique (due au nouveau coronavirus, ndlr) mondiale sans précédent, mais aussi comme celle de la recrudescence des assassinats des journalistes et de membres du personnel des médias dans le monde. Avec 60 assassinats en 2020, les statistiques macabres repartent à la hausse par rapport à 2019 (49)", a indiqué la FIJ dans un communiqué.

Les relevés de la FIJ montrent que le nombre actuel de meurtres de professionnels des médias est au même niveau que celui des années 1990, lorsque la FIJ a commencé à publier des rapports annuels sur les journalistes et le personnel des médias tués, qui montrent des pics de mortalité au milieu des années 90 et au milieu des années 2000.

Ce bilan est plus lourd que celui de l’organisation Reporters sans frontières (RSF) publié mardi et qui faisait état de 50 journalistes tués en 2020, dont près de sept sur dix dans des pays en paix et non des zones de guerre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK