Situation toujours bloquée en Guadeloupe après une nuit de violences

La situation en Guadeloupe, désormais dans sa cinquième semaine d'une grève paralysante contre la vie chère, semblait se détériorer mardi après une nuit de désordres et de violences, alors que le collectif LKP a appelé à accentuer la mobilisation.

Barrages en feu à Pointe-à-Pitre, devantures de magasins éventrées, magasin de fournitures de bateaux incendié et deux voitures retournées dans le quartier populaire du Carénage, véhicule incendié dans la ville balnéaire de Gosier, échauffourées entre groupes de jeunes et police, pompiers caillassés: les Guadeloupéens, privés d'électricité par intermittence dans divers quartiers, ont vécu des scènes d'émeutes dans la nuit de lundi à mardi. L'aéroport de Pointe-à-Pitre a été fermé mardi matin, la sécurité ne pouvant être assurée en raison du manque de personnel, notamment des agents de l'inspection des bagages. Les meneurs de la grève ont affiché leur détermination. Le porte-parole du LKP, Elie Domota, a appelé lundi soir au cours d'un meeting au "renforcement de la mobilisation" dans les jours qui viennent, "jusqu'à la satisfaction de nos légitimes revendications".

 

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK