Silence radio européen au sujet des violences policières en Catalogne

Silence radio européen au sujet des violences policières en Catalogne
Silence radio européen au sujet des violences policières en Catalogne - © JAVIER SORIANO - AFP

Plus de 800 personnes ont été blessées alors que des milliers de Catalans se sont rendus aux urnes ce dimanche pour le référendum d'autodétermination, interdit par la justice espagnole. La police nationale est rapidement intervenue, usant de violence pour disperser la foule.

Charles Michel, exception européenne

A l'exception notable du premier ministre belge Charles Michel, c'est le silence radio du côté des chefs d'Etat européens. Sans se prononcer sur le référendum, Charles Michel s’est fendu d’un tweet hier " la violence ne peut jamais constituer une réponse ! ".

La première ministre écossaise (et indépendantiste) Nicolas Sturgeon a également réagi a exprimé son inquiétude face aux scènes de violence.

A part cela, aucune réaction majeure : rien du côté de Jean-Claude juncker , le président de la Commission européenne, tout comme la Chancellière Allemande Angela Merkel ou encore du président français Emmanuel Macron.

Ils se rangent sur la ligne du gouvernement central de Madrid : ne pas donner trop d'importance à un scrutin considéré comme illégal.

Proclamation unilatérale d'indépendance 

Désormais, après avoir annoncé que le " oui " au référendum l’avait emporté avec 90% des voix, les autorités catalanes affirme que la voie est ouverte pour une proclamation d’indépendance. C’est le Parlement catalan qui pourrait le faire de façon unilatérale d’ici quelques jours, après que les résultats définitifs lui auront été transmis.

Ce scénario, c’est dans le cas où le dialogue entre Madrid et la catalogne resterait rompu. Mais il faut dire qu’on est loin de renouer le dialogue. Mariano Rajoy refuse toujours toute légitimité à ce référendum et pour cause, selon lui, dimanche aucun référendum d’auto-détermination n’a eu lieu.

Images de heurts entre policiers et personnes désirant voter, hier à Barcelone

Images: Iolanda Arboleas

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK