Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise

Donald Trump, depuis deux ans jour pour jour à la Maison Blanche, a critiqué dimanche avec virulence la chef de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, après que Nancy Pelosi a rejeté son offre qui aurait permis de financer son mur frontalier.

"Nancy Pelosi s'est comportée de façon si irrationnelle et s'est tellement déportée sur la gauche qu'elle est désormais officiellement une démocrate radicale. Elle est tellement pétrifiée par les gauchistes de son parti qu'elle a perdu tout contrôle", a tweeté le président, qui a terminé ce message en demandant "au passage" à l'élue de San Francisco de faire nettoyer les rues "répugnantes" de sa ville.

Ils ne voient pas la criminalité et la drogue

Dans une série de tweets dont il a coutume, le chef de l'exécutif a aussi reproché à Mme Pelosi et aux responsables démocrates d'avoir rejeté par pur intérêt électoral l'offre mise sur la table pour mettre un terme au "shutdown", le blocage budgétaire des services fédéraux qui a commencé le 22 décembre.

"Ils ne voient pas la criminalité et la drogue, ils ne voient que (l'élection présidentielle de) 2020 -qu'ils ne remporteront pas", a assuré l'occupant de la Maison Blanche.

La veille, il avait accusé les caravanes de migrants d'Amérique centrale qui tentent d'entrer aux Etats-Unis d'y amener également de nombreux criminels et de vastes quantités de stupéfiants.

Donald Trump a proposé samedi d'accorder un sursis de trois ans à environ un million de migrants dont le statut temporaire a été abrogé et qui sont actuellement menacés d'être expulsés des Etats-Unis, en échange du feu vert du Congrès à 5,7 milliards de dollars de financement pour son mur frontalier anti-clandestins, sa principale promesse de campagne.

Ce sursis concerne quelque 700.000 jeunes surnommés "Dreamers" (rêveurs), entrés illégalement sur le sol américain avec leurs parents. Le programme Daca, créé par Barack Obama et supprimé par Donald Trump, permet à ces immigrants d'étudier et de travailler aux Etats-Unis.

Solution "permanente"

Donald Trump a aussi proposé de prolonger un statut de protection temporaire (TPS) qui permet à environ 300.000 immigrants de travailler légalement sans titre de séjour. Ce statut a été abrogé pour les ressortissants de plusieurs pays depuis l'arrivée au pouvoir du milliardaire.

"Ce n'est pas une amnistie", a souligné dimanche Donald Trump.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell a affirmé qu'il soumettrait la proposition présidentielle à la haute assemblée la semaine prochaine. Mais le texte a peu de chance d'être approuvé à la chambre basse, contrôlée par les démocrates.

Selon Mme Pelosi, la proposition du milliardaire n'est pas une concession mais une "compilation de plusieurs initiatives déjà rejetées par le passé et chacune inacceptable". Les démocrates affirment ne vouloir négocier que sur la base d'une solution "permanente" pour les migrants risquant l'expulsion.

Un projet "immoral", coûteux et inefficace

Le président veut installer ce qu'il appelle désormais une "barrière" le long de la frontière avec le Mexique. L'opposition démocrate refuse catégoriquement de débloquer des fonds pour un projet qu'ils jugent "immoral", coûteux et inefficace.

L'impasse dans les discussions budgétaires a provoqué la fermeture partielle de plusieurs administrations fédérales, dont le ministère de la Sécurité intérieure, qui chapeaute notamment la police aux frontières.

Quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux ont été placés en congé sans solde ou contraints de travailler sans être payés pendant le "shutdown". S'ils sont assurés d'être compensés à la réouverture des ministères, la situation est encore plus grave pour plus d'un million d'employés d'entreprises sous-traitantes des administrations, qui n'ont plus de salaire.

Nancy Pelosi et les démocrates "devraient faire ce qui est bien pour le pays et permettre aux gens de reprendre le travail", a tweeté dimanche Donald Trump.

La démocrate a répliqué sur Twitter en s'adressant au président: "800.000 Américains ne sont pas payés. Rouvrez le gouvernement, permettez que les travailleurs reçoivent leurs salaires et alors nous pourrons discuter de la façon de protéger ensemble la frontière".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK