Sénégal : le monument qui concentre les colères

Pour fêter en grande pompe le cinquantième anniversaire de l'indépendance de son pays, le président Wade a décidé de faire construire un monument gigantesque dont il s'est attribué la propriété intellectuelle. A ce titre, il s'approprie également plus de 30% des recettes sur les reproductions officielles mais également, selon Rue89, sur l'exploitation du site du monument qui comprend entre autres des restaurant et une salle de conférence.

L'inauguration du site a eu lieu ce samedi devant 19 chefs d'Etat et un parterre de personnalités dont les chanteurs Akon et Manu Dibango.

Plus haute que la statue de la Liberté

La statue en question mesure 52 mètres de haut - plus haut que la statue de la Liberté de New York - et représente un homme, une femme et leur fils censés illustrer "l'Afrique (qui) émerge de l'obscurité et regarde audacieusement vers l'Occident pour initier un nouveau dialogue, après des siècles d'esclavage et de colonisation", résume Bemba Ndiaye, porte-parole du président Wade.

Elle est juchée en haut d'un escalier de 251 marches, sur le sommet d'une colline de Dakar, pour être vue du plus loin possible. Son coût est estimé entre 15 et 24 millions d'euros selon les sources.

Conçue et réalisée par des Nords-Coréens, la statue est marquée du sceau du "réalisme socialiste"

Autre source de polémique : le bronze é été conçu et construit par des Nord-Coréens, dont le style réaliste socialiste hérité de l'ère soviétique ressort indiscutablement de l'œuvre.

Pour Ndeye Fatou Toure, député et membre du mouvement Tekki (opposition) cette statue est "un monstre économique dans le contexte de crise que nous connaissons: crise financière précédée d'une crise alimentaire et une crise énergétique. Nous disons également que c'est un monstre et un scandale financier", a-t-elle déclaré à la chaîne Euronews.

Une manifestation de l'opposition prévue sur le site a été interdite par le président, augmentant d'autant le mécontentement des opposants. Au final, seul un millier de manifestants se sont réunis en matinée pour réclamer le départ du président Wade.

Un monument qui concentre toutes les oppositions au président

Le manque de transparence sur les moyens de financement du chantier, le coût exorbitant de celui-ci, le fait que ledit chantier ait été confié à la dictature nord-coréenne, l'appropriation de la propriété intellectuelle du site par le Président,... Autant de source de polémiques, éclairantes, d'après l'opposition, sur les dérives du président Abdoulaye Wade, au pouvoir depuis 10 ans dans un pays qui se distingue par son multipartisme, sa stabilité politique et l'absence de tout coup d'état militaire depuis son indépendance acquise il y a un demi-siècle.

Le tableau des discordes entraînées par la statue ne serait pas complet si l'on n'y ajoutait les griefs de certains imams, qui s'offusquent de la tenue légère affichée par la jeune femme présente dans la sculpture. Les féministes elles, soulignent le fait que la femme soit clairement mise en retrait dans cette représentation. Bref, ce monument semble avoir agrégé sur lui toutes les formes d'opposition possibles au président Wade.  

 

Julien Vlassenbroek

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK