DSK: le procureur se dirige vers un non-lieu

Kenneth Thompson, avocat de la plaignante
Kenneth Thompson, avocat de la plaignante - © Justin Lane (EPA)

Le procureur de Manhattan se dirige vers un non-lieu dans l'affaire Strauss-Kahn, a reconnu vendredi l'un des avocats de son accusatrice, tout en assurant disposer de "preuves matérielles" incriminant l'ancien directeur général du FMI pour tentative de viol.

"Nous pensons que le procureur du district pose les fondements d'un non-lieu", a déclaré Me Kenneth Thompson devant la presse après l'audience qui a abouti à la libération sur parole de l'ancien ministre français. 

Il a cependant maintenu les accusations de sa cliente, qualifiant de "mensonges" les informations selon lesquelles elle serait mêlée à des trafiquants de drogue, un des motifs ayant conduit l'accusation à douter de son témoignage. "Elle n'a pas changé un seul mot" à sa version des faits, a ajouté l'avocat, contredisant les propos du procureur de Manhattan qui a indiqué que la femme de chambre guinéenne avait fait "un récit erroné" des faits qui se seraient produits dans la chambre du patron du FMI le 14 mai à l'hôtel Sofitel de Manhattan. 

Me Thompson a rapporté que sa cliente lui avait dit: "Je vais me montrer devant les caméras pour dire au monde entier ce qu'a fait Dominique Strauss-Kahn". Il a toutefois reconnu que la femme de chambre avait "commis des erreurs".

Acquitté, selon Benjamin Brafman

Dominique Strauss-Kahn "sera acquitté", a dit vendredi Benjamin Brafman, l'un de ses avocats, après une audience au cours de laquelle la justice américaine a décidé de libérer l'ancien directeur du FMI sur parole sans pour autant abandonner les poursuites pour crimes sexuels.

Les derniers éléments sur l'affaire "renforcent notre conviction qu'il sera acquitté (...). C'est un grand soulagement", a dit Me Brafman. L'avocat de Dominique Strauss-Kahn va réclamer l'abandon de toutes les charges retenues contre lui. Selon l'avocat, DSK serait innoncent des accusations de tentatives de viol et agression sexuelle.

A l'inverse, Kenneth Thompson, l'avocat de la victime présumée, a déclaré à la presse que sa cliente "n'a pas changé un seul mot" à sa version des faits survenus le 14 mai dans la chambre du Sofitel de Manhattan, et a assuré disposer "de preuves matérielles".

Avec AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK