Selon le pouvoir syrien, 2000 membres des forces de sécurité ont été tués

"En réponse au rapport fallacieux (des Nations unies) sur la situation en Syrie (...) nous avons informé le bureau de la Haut commissaire aux droits de l'Homme que le nombre de martyrs a dépassé 2000 dans les rangs des forces de sécurité et de l'armée alors que certains refusent d'admettre que des opérations terroristes ont lieu dans le pays", assure la lettre.

En outre, Damas dénonce "les rapports mensongers, politiquement motivés et biaisés du Haut commissariat aux droits de l'homme et de la commission internationale d'enquête mandatée par le Conseil des droits de l'Homme".

Le 2 décembre, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU avait condamné le régime de Damas pour les "atrocités" commises en Syrie, dans une résolution adoptée par l'écrasante majorité de ses 47 membres - 37 voix pour, six absentions et quatre voix contre, à savoir Cuba, la Russie, l'Equateur et la Chine.

La Syrie fait état de "centaines de terroristes qui ont avoué publiquement avoir tué des manifestants, commis des vols et des assassinats et diffusé des informations fabriquées contre de l'argent fourni par les pays voisins".

Elle accuse la commission d'être "en phase avec les plans de certains pays qui veulent détruire la Syrie et pousser à une intervention militaire (..) alors que des violations graves sont commises par les groupes terroristes".


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK