Selon Israël, des fonds européens d'aide pour les Palestiniens auraient été détournés au profit de groupes armés

Les services secrets israéliens ont affirmé jeudi que des fonds européens d’aide humanitaire destinés aux Palestiniens avaient été détournés au profit de groupes armés en Cisjordanie.

Selon le Shin Beth, le service israélien de renseignement intérieur, qui affirme avoir mené une enquête avec l’armée et la police, des ONG humanitaires basées en Cisjordanie occupée ont "commis des fraudes et trompé plusieurs pays européens", en détournant des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation désignée comme groupe terroriste par Israël et plusieurs Etats occidentaux.


A lire aussi, notre dossier : Conflit israélo-palestinien : quelles perspectives ?


 

Selon le Shin Beth, "des sommes considérables provenant d’institutions gouvernementales officielles en Europe" ont été détournées pour financer "les actions terroristes armées du FPLP".

Cet argent provenait de Suisse, d’Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Suède, de Grande-Bretagne, d’Espagne et de l’Union européenne.

Un responsable sécuritaire israélien requérant l’anonymat a indiqué à des journalistes que "des dizaines de millions de dollars" avaient été acheminées. Il a ajouté qu'"aucun des gouvernements ne savait où allait l’argent".

Selon le Shin Beth, le réseau orchestré par un "comité de la santé" central, a en outre fait valoir des projets fictifs, soumis de faux documents, falsifié et gonflé des factures et salaires.

Parmi les suspects figure Juana Rashmawi, une femme de 63 ans qui a la nationalité espagnole et dont le cas a attiré l’attention des médias en Espagne après son arrestation.

Le ministère espagnol des Affaires étrangères avait demandé le mois dernier à Israël d’améliorer ses conditions de détention.

Services secrets israéliens

Juana Rashmawi a été inculpée jeudi par un tribunal militaire pour avoir financé une organisation illégale et pour en faire partie, selon l’acte d’accusation consulté par l’AFP.

Le Shin Beth a également dévoilé l’identité de trois autres suspects, tous originaires de Cisjordanie.

Du matériel "laissé par les suspects donne une idée de l’étendue de la fraude menée par le FPLP", a ajouté le Shin Beth.


A lire aussi : Plus de cent blessés dans des heurts nocturnes à Jérusalem


Le ministère des Affaires étrangères israélien a appelé mardi les pays européens à "cesser immédiatement le financement d’organisations palestiniennes opérant pour le compte du FPLP".

L’armée israélienne occupe la Cisjordanie, un territoire palestinien, depuis 1967.

Environ 2,8 millions Palestiniens vivent sur ce territoire, ainsi que quelque 475.000 Israéliens habitant dans des colonies jugées illégales par le droit international.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK