Séisme au Népal: l'équipe B-Fast n'arrivera pas avant mardi à Katmandou

Séisme au Népal - L'équipe B-Fast n'arrivera pas avant mardi à Katmandou
Séisme au Népal - L'équipe B-Fast n'arrivera pas avant mardi à Katmandou - © Belga

L'équipe B-Fast qui était en route vers le Népal lundi a dû changer de trajectoire et s'est dirigée vers New Delhi, en Inde. L'aéroport de Katmandou n'a pas pu accueillir l'appareil car il affiche complet, en raison du nombre déjà important d'avions qui acheminent l'aide humanitaire vers la capitale népalaise. Les premières opérations de recherches de l'équipe belge devraient débuter mercredi.

Alors qu'ils étaient en approche de l'aéroport de Katmandou, les sauveteurs belges ont appris qu'ils ne pourraient plus atterrir lundi au Népal. Le petit aéroport international est débordé par l'arrivée des secours internationaux et 17 avions ont déjà été redirigés vers le nord de l'Inde.

Les membres de B-Fast digèrent difficilement la pilule. Ils sont spécialisés en "Urban search and rescue", soit la recherche de survivants sous les décombres. Chaque minute compte, alors qu'ils sont à New Dehli en attente du feu vert pour partir.

Gilles Du Bois D'Aische ne désespère pourtant pas. "Par expérience, nous savons qu'il y a toujours de l'espoir, notamment dans la mesure où les conditions météos sont relativement bonnes. Nous serons toujours utiles, même après 72 heures", a-t-il indiqué. "On peut toujours espérer retrouver des gens vivants".

 

 

L'heure provisoire de départ de la ville indienne est fixée à 14h15 mardi. Un départ anticipé est exclu au regard des règles internationales très strictes en matière de repos des pilotes. En outre, dix-sept autres avions transportant de l'aide humanitaire se trouvent également à New Dehli et attendent le feu vert.

Une bonne heure de vol est nécessaire pour rejoindre Katmandou, où il faudra encore décharger les dix tonnes de matériel (tentes, matériel médical, nourriture, matériel nécessaire pour creuser dans les gravats) se trouvant dans l'avion. Il sera ensuite nécessaire de trouver des véhicules pour se rendre sur la zone qui aura été attribuée à l'équipe de B-Fast.

Il n'est pas exclu que la recherche de survivants puisse débuter mardi soir mais cela dépendra notamment du travail préparatoire qui aura été effectué en amont par d'autres équipes dans le secteur. Travailler de jour ou de nuit ne fait, en outre, aucune différence pour les chiens, spécialement entraînés pour retrouver des victimes vivantes.

Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK