Népal: l'équipe B-Fast arrivée à Gorkha, après avoir perdu un temps précieux

Camp B-fast à Gorkha
5 images
Camp B-fast à Gorkha - © Laurence Brecx

L'équipe belge de secours B-Fast est arrivée mercredi à 22h00 (heure locale) à Gorkha (Népal), où elle pourra commencer son travail jeudi. Le voyage du convoi, composé de quatre camions et deux bus, s'est mieux passé que prévu. Les sauveteurs belges de l'équipe B-Fast ont perdu un temps précieux ce mercredi sur la route vers la vallée de Gorkha, à plus de 150 km à l'ouest de la capitale népalaise Katmandou, en raison du très mauvais état des routes. La ville de Gorkha est située plus près de l'épicentre du séisme, où la situation est plus difficile. Ce que l'équipe devra faire sur place reste encore à définir.

A la suite d'une réunion avec le centre de coordination des Nations-Unies, il a été décidé de déplacer l'équipe belge, ainsi que deux équipes en provenance d'Espagne et de Singapour vers la vallée de Gorkha. Après avoir passé la nuit dans un camp international, les sauveteurs ont chargé leur matériel dans des camions et sont partis de Katmandou vers 14h00 heure locale (10h15 heure belge). Un des six véhicules transportant les sauveteurs a déjà eu l'un de ses pneus crevé. Le pneu de secours n'étant pas en bon état, il a fallu en acheter un neuf sur place.

L'équipe belge débutera sa mission par une reconnaissance des lieux, dans l'espoir d'identifier des endroits où pourraient encore se trouver des survivants. Aucune équipe internationale de recherche et de sauvetage n'était jusqu'à présent active dans le district, situé à 150 kilomètres de la capitale. Les Belges travailleront avec douze Espagnols et une vingtaine de Singapouriens.

Les chances de retrouver des survivants sont cependant minces, cinq jours après le séisme. Selon les photos de la population locale, il y a encore des lieux où des recherches peuvent être utiles, a indiqué le chef d'équipe, Gilles du Bois D'Aische, avant de quitter la capitale. "A Katmandou, B-Fast n'a quasiment plus d'utilité", a-t-il ajouté.

"Dans le district de Gorkha, il y a à peu près 70% des maisons qui sont par terre, des villages qui sont complètement détruits. Il y a des endroits qui ne sont accessibles que par hélicoptère ou alors il y a trois, quatre jours de marche", explique ainsi Nicole Decourrière, une institutrice belge qui vit depuis 30 ans à Katmandou et dirige l'ONG Écolier du Népal.

L'objectif de la mission dévolue à B-Fast est de rechercher, de sauver et de soigner d'éventuels survivants ensevelis sous les décombres. Des chiens et une équipe médicale font partie de l'équipe. Le séisme est survenu samedi matin.

"Évaluer le potentiel de survie des victimes"

"On va commencer le processus d’évaluation sur place, indique Gilles du Bois d'Aische, chef de cette mission B-Fast. Ensuite, des opérations de sauvetage. Nous avons des spécialistes dans ce genre de demandes dans notre détachement. Ils sont formés à évaluer le potentiel de survie des victimes dans un bâtiment (...) en fonction des informations de la population locale, par exemple, pour savoir combien de personnes sont dans un bâtiment."

La répartition des tâches entre les équipes belge, espagnole et singapourienne n'a toutefois pas encore été établie. Une équipe médicale allemande est déjà au travail dans cette région.

RTBF et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK