Séisme au Japon: probablement plus de 1000 morts, violente réplique

La région de Fukushima à 200 km au nord de Tokyo après le séisme
2 images
La région de Fukushima à 200 km au nord de Tokyo après le séisme - © AFP PHOTO / HO / NHK

Après le tsunami et le tremblement de terre qui ont touché le Japon ce vendredi, le bilan s'alourdit sans cesse. La police nationale fait état de 337 morts et 531 disparus, alors que l'agence Kyodo annonce que le séisme a "probablement" tué plus de 1000 personnes. Un nouveau violent séisme de magnitude 6,6 est survenu samedi vers 4H00 du matin locale dans la préfecture de Niigata, au nord-ouest du Japon, sur la façade opposée à la côte Pacifique déjà dévastée par un puissant tremblement de terre et un tsunami.

Les secousses ont été ressenties à Tokyo ainsi que dans de nombreuses préfectures du centre du Japon, d'une côte à l'autre. Les plus violentes ont été enregistrées dans la zone montagneuse de Nagano, voisine de Niigata, selon les données de l'agence de météo.

Le premier séisme, de magnitude 8,9, le plus fort jamais enregistré au Japon, a frappé vendredi le nord-est de l'archipel, déclenchant un tsunami de plusieurs mètres de haut sur les côtes Pacifique.

Des vagues de dix mètres de hauteur se sont abattues sur les côtes de la préfecture de Sendai et d'autres de sept mètres dans la préfecture voisine de Fukushima, ont rapporté les médias locaux. Une alerte au tsunami a été émise sur pratiquement toutes les côtes du Pacifique par le Centre américain pour les tsunamis et un ordre d'évacuation a été donné aux îles Mariannes, à Hawaï et sur l'île de Pâques.

Dans la province de Miyagi, une vague de boue et de débris a déferlé à grande vitesse dans les champs, dévastant tout sur son passage. A certains endroits, l'eau a pénétré jusqu'à cinq kilomètres à l'intérieur des terres. Les télévisions nippones ont diffusé en direct des images de maisons inondées, de bateaux ayant chaviré et de voitures submergées par les eaux. Des colonnes de fumée s'élevaient au-dessus de certaines localités situées dans le nord-est de l'île principale de Honshu, où une quarantaine d'incendies ont été jusqu'à présent recensés.

Plusieurs centaines de morts

Le premier bilan officiel de la Police nationale recensait au moins quarante morts et 39 disparus, ainsi que 244 personnes blessées. Mais les chiffres ont rapidement commencé à monter. Dix heures après le séisme, la police communiquait un nouveau bilan provisoire : 337 morts et 531 disparus. Environ 627 blessés ont été déjà recensés par la police. L'agence Kyodo annonce que le séisme a "probablement" tué plus de 1000 personnes. 

200 à 300 corps ont été découverts sur une plage de Sendai, dans la préfecture de Miyagi. La police, citée par les médias, suppose qu'il s'agit de cadavres d'habitants qui ont été submergés par la vague de 10 mètres qui a déferlé dans cette zone.Dans la même province de Miyagi, un bateau avec une centaine de personnes à son bord a été emporté, et on ignorait le sort des passagers. Deux trains de passagers, avec un nombre inconnu de personnes à bord, sont portés disparus.

Rupture d'un barrage dans le nord-est du Japon, maisons emportées

Un barrage a rompu dans la préfecture de Fukushima (nord-est) et des maisons ont été emportées, quelques heures après le puissant séisme qui s'est abattu sur cette région du Japon, selon l'agence Kyodo. La région de Fukushima est l'une des plus proches de l'épicentre du séisme qui a été localisé à une centaine de kilomètres de la côte est de l'île de Honshu, au bord de l'Océan Pacifique.

Les dévastations "sont si énormes qu'il nous faut plus de temps pour regrouper les éléments épars", a indiqué un responsable.  Le gouvernement a immédiatement dépêché des navires et des soldats pour participer aux secours, ainsi que des avions pour observer la situation sur place. 

48 personnes, dont 23 collégiens, étaient portées disparues vendredi, après le passage d'un tsunami déclenché par un violent séisme dans le port d'Ofunato (nord-est), a rapporté l'agence de presse Jiji, citant la police de la préfecture d'Iwate. Au moins 300 habitations ont par ailleurs été détruites dans cette ville portuaire, a indiqué l'agence. Ofunato, peuplée de 40 000 personnes, avait déjà été dévastée en 1960 par un énorme tsunami déclenché par un séisme survenu de l'autre côté du Pacifique, au Chili.

L'armée japonaise prête à envoyer 300 avions et 40 navires

Le ministère de la Défense est prêt à envoyer 300 avions et 40 navires pour participer aux secours dans le nord-est du Japon touché vendredi par un violent séisme et plusieurs tsunamis, a rapporté l'agence de presse Kyodo.

Le commandant en chef de l'armée, le général Ryoichi Oriki, a annoncé que les Forces d'autodéfense (nom de l'armée au Japon) et les forces américaines stationnées dans l'archipel avaient formé un groupe de liaison pour organiser les opérations.

6000 habitants sommés de quitter la zone d'une centrale nucléaire 

Six mille habitants des environs d'une centrale nucléaire ont été appelés à évacuer dans la préfecture de Fukushima (nord-est du Japon). 

Les réseaux de télécommunications fixes et mobiles restaient soumis à de fortes perturbations plusieurs heures après le séisme.  

A Tokyo, situé à environ 380 km de l'épicentre, les gratte-ciel, construits sur des structures parasismiques spéciales, ont tangué pendant de longues minutes après le séisme. Un toit s'est effondré sur un bâtiment du centre de Tokyo où 600 étudiants participaient à une cérémonie de remise de diplômes, faisant de nombreux blessés, selon les pompiers et les médias. Dans les bureaux et les habitations, des objets ont chuté des étagères, les ascenseurs ont été stoppés automatiquement, tandis que des millions de personnes se précipitaient dans les rues. Dix incendies ont été signalés dans la capitale, et il y a plusieurs blessés, ont dit les médias. 


Dans la région de Tokyo, une raffinerie de pétrole était en feu à Iichihara et des flammes s'élevaient à plusieurs dizaines de mètres de hauteur.  L'aéroport international de Narita, situé à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Tokyo, a suspendu le trafic et décidé d'évacuer les bâtiments.  Les transports ferroviaires et routiers ont également été interrompus dans une grande partie de l'archipel, en particulier dans Tokyo et sa région, 
bloquant des millions de personnes qui ont pris d'assaut les hôtels de la ville. A Tokyo, quatre millions de foyers étaient privés d'électricité.  Plusieurs fortes répliques de magnitude supérieure à 6, voire 7, se sont ensuite produites et ont été ressenties jusque dans la capitale. 

Le Japon, situé au confluent de quatre plaques tectoniques, subit chaque année environ 20% des séismes les plus forts recensés sur Terre. Le Comité de recherches sismiques du gouvernement a averti qu'un grand tremblement de terre de magnitude 8 avait 70% de chances de se produire d'ici à 30 ans dans les plaines du Kanto, où est située la mégalopole de Tokyo, peuplée d'environ 30 millions d'habitants.
En 1923, la capitale avait été dévastée par un séisme majeur, qui avait fait 140 000 morts. La plupart des décès étaient survenus dans des incendies. Plus récemment, en 1995, le séisme de Kobe (ouest) avait fait plus de 6400 morts.


HM avec l'AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK