Secrétaire général de l’OTAN : "La seule alternative à notre départ d’Afghanistan, c’était de nouveaux combats à l’infini"

Les troupes de l’OTAN ont combattu courageusement en Afghanistan, mais n’ont pas réussi à apporter la sécurité au pays, constate Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN lors d’une conférence de presse ce mardi.

Il attribue cet échec aux dirigeants afghans : "Ce que nous avons vu ces dernières semaines a été un effondrement militaire et politique à une vitesse qui n’avait pas été anticipée. Une partie des forces de sécurité afghanes s’est battue bravement. Mais elle n’a pas été capable de sécuriser le pays parce que les autorités politiques afghanes ont échoué à faire face aux talibans et à parvenir à la solution pacifique dont les afghans voulaient désespérément. Cet échec des autorités afghanes a mené à la tragédie à laquelle nous assistons aujourd’hui."


►►► À lire aussi : Mieux comprendre ce qui se passe en Afghanistan en six questions-réponses


Comme le président américain Joe Biden, Jens Stoltenberg a déclaré que l’OTAN n’a jamais eu l’intention de rester en Afghanistan pour toujours : "Mettre un terme à notre intervention militaire n’était pas une décision facile à prendre. Nous étions confrontés à un dilemme : soit quitter et prendre le risque que les talibans reprennent le contrôle ; soit rester et risquer de nouveaux combats à l’infini."

Pour le secrétaire général, l’abandon aussi soudain des forces afghanes, formées par les troupes de l’OTAN, est une "surprise" : "On doit aussi faire une évaluation honnête et lucide de l’engagement de l’OTAN lui-même en Afghanistan : malgré nos investissements considérables et les sacrifices de 2 décennies, l’effondrement a été rapide et soudain. Il y a de nombreuses leçons à en tirer."

Jens Stoltenberg a appelé les talibans à permettre le départ de tous ceux qui le souhaitent. Différents membres de l’OTAN, dont la Belgique, envoient de nouveaux avions pour aider à évacuer le personnel occidental et afghan de l’OTAN.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK