Se raser le crâne pour protester contre la violence carcérale en Iran

Sur Facebook, deux jeunes femmes exhibent leurs revendications, crâne rasé
3 images
Sur Facebook, deux jeunes femmes exhibent leurs revendications, crâne rasé - © Tous droits réservés

Le selfie au crâne rasé envahit les réseaux sociaux iraniens. Des dizaines de jeunes ont en effet posté sur le net des photos d'eux-même, avec une coupe toute fraîche. Mais loin d'être un phénomène de mode, il s'agit d'un geste politique en soutien à des détenus qui ont été violentés sans raison par leurs geôliers.

Sur le blog "Regards persans" hébergé sur le site de Rue89, on peut lire que le crâne rasé est désormais un geste de contestation politique. C'est par ce symbole fort que des jeunes iraniens témoignent de leur solidarité avec des prisonniers politiques victimes de violences.

Le 17 avril dernier, dans un prison d'Evin (au nord de Téhéran), des prisonniers auraient en effet été frappés sans raison par des gardiens, lors d'une fouille irrégulière. D'après Amnesty international, ces brutalités auraient fait 30 blessés, dont quatre personnes hospitalisées avec des côtes cassées.

Sur Facebook, on trouve donc de plus en plus de clichés comme celui de Samane et sa soeur Asie (photo), avec pour commentaire : "J’ai rasé mes cheveux pour soutenir des prisonniers politiques à la prison d’Evin à Téhéran. Les prisonniers politiques ont été battus cruellement par les gardiens de la prison".

La plupart des crânes rasés sont des sympathisants du principal courant l'opposition, le mouvement vert.

 

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK