Scandale de l'amiante en France: Martine Aubry bientôt mise en examen?

Martine Aubry bientôt mise en examen pour son rôle dans le scandale de l'amiante ?
Martine Aubry bientôt mise en examen pour son rôle dans le scandale de l'amiante ? - © AFP PHOTO / JEAN-PIERRE MULLER

L’ex-première secrétaire du PS français, Martine Aubry, sera prochainement convoquée par un juge d’instruction à Paris pour une possible mise en examen dans le cadre d’une enquête sur les dégâts causés par l’amiante. Elle était directrice des relations du Travail entre 1984 et 1987 au ministère français du Travail.

En 2005, un rapport du Sénat français avait pointé l’Etat pour sa gestion défaillante de l’amiante.

Utilisée dans le secteur de la construction, l’amiante est jugée responsable de 10 à 20% des cancers du poumon et pourrait causer jusqu'à 100 000 morts en France d'ici 2025, selon les autorités sanitaires.

Son caractère cancérigène est connu depuis les années 50. Mais les autorités françaises avaient tardé à réagir. Un premier décret réglementant l’usage de l’amiante a été pris en 1977. Mais ce décret était loin d’être suffisant puisque, comme le pointe le rapport du Sénat français de 2005, il a conduit à ce que, les travailleurs se sentant plus protégés, ils fassent moins attention. En outre il était mal appliqué dans certaines entreprises.

Dans le rapport du Sénat, Martine Aubry explique que "quand on dit, sur ces problèmes [...], qu'on ne s'en est pas occupé et que tout le monde les a ignorés, je réponds que ce n'est pas vrai : même à cette époque, nous prenions les textes que nous croyions efficaces et suffisants".

En 1982, un Comité permanent amiante est créé, regroupant patronat et syndicats et entièrement financé par les industries. "En exploitant les incertitudes scientifiques, au demeurant de moins en moins nombreuses au fil du temps, le CPA a réussi à insinuer le doute sur l'importance du risque de l'exposition à l'amiante et ainsi à retarder au maximum l'interdiction de l'usage de l'amiante en France", note le rapport du Sénat. Ce Comité est accusé d’avoir fait pression pour que l’amiante ne soit pas interdite au niveau européen, également.

Finalement, l’amiante sera interdite en France en 1997 par décret.

Plusieurs membres du Comité permanent amiante, considéré par les victimes comme la structure de lobbying des industriels du secteur dans les années 1980, ont été mis en examen pour homicides et blessures involontaires début 2012.

Outre les industriels, des dizaines de responsables des ministères de la Santé et du Travail avaient été auditionnés par la Justice française pour évaluer les connaissances dont ils disposaient dans les années 70-80 par rapport aux alertes lancées sur la dangerosité de cette fibre. La possible mise en examen de Martine Aubry était donc dans l'air depuis longtemps.

En Belgique, l’utilisation de l’amiante a été interdite en 1998.

Le premier procès belge de l’amiante s’est tenu en 2011. Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné la société anonyme Eternit à dédommager la famille d'une victime de l'amiante à hauteur de 250 000 euros.

Françoise Jonckheere, une habitante de Kapelle-op-den-Bos, était décédé en 2000 d'un cancer de la plèvre, le mésothéliome, causé par de l'amiante. Son mari qui avait travaillé chez Eternit pendant des années, était décédé lui aussi de cette même maladie.

Avant de mourir, Françoise Jonckheere avait attaqué l'entreprise en justice et ses fils, dont deux sont depuis également décédés d'un cancer de la plèvre, avaient poursuivi l'action.

Le tribunal leur a donné raison en jugeant qu'Eternit avait commis une faute en continuant d'utiliser de l'amiante alors qu'il était déjà connu que le produit est cancérigène.

J.C.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK