Sans Cambridge Analytica, "le camp pro-Brexit n'aurait pas gagné"

Chris Wylie: sans Cambridge Analytica, "le camp pro-Brexit n'aurait pas gagné"
Chris Wylie: sans Cambridge Analytica, "le camp pro-Brexit n'aurait pas gagné" - © TOLGA AKMEN - AFP

L'utilisation à des fins politiques des données privées de millions d'utilisateurs de Facebook aurait permis le Brexit. Voici ce qu'affirme dans plusieurs médias européens un ancien employé de la société Cambridge Analytica, au centre d'une polémique de détournement de données.

Influencer les élections dans le monde

Christopher Wylie dévoile une manipulation ayant pour objectif d'influencer les résultats des élections dans le monde. Une manipulation qui a déjà fait ses preuves lors du vote du Brexit mais aussi de l'élection de Donald Trump.

Comment? Avec un simple petit quizz sur Facebook prétendant évaluer le profil psychologique des utilisateurs. De cette façon, Cambridge Analytica aurait siphonné les données personnelles de millions d'utilisateurs Facebook. Selon Christopher Wylie, il s'agit non seulement de ceux qui ont complété le quizz, mais également de leurs amis. 

Sans le travail d'AggregateIQ, le camp pro-Brexit n'aurait pas gagné

Cambridge Analytica et AggregateIQ [société canadienne liée à la première] auraient ainsi aidé le camp du Brexit au Royaume-Uni."Ce n'est pas moi qui le dis mais le directeur de la campagne pro-Brexit", affirme Christopher Wylie. "Il a dit que sans le travail d'AggregateIQ, le camp pro-Brexit n'aurait pas gagné".

"Sans AggregateIQ, le camp du "Leave" n’aurait pas pu gagner le référendum, qui s’est joué à moins de 2% des votes. Or, 40% du budget de "Vote Leave" est allé à AggregateIQ, c’est beaucoup. Cette entreprise a joué un rôle pivot dans le référendum", précise-t-il dans Libération. C'est en effet la société AggregateIQ qui a fourni les logiciels espions à Cambridge Analytica, d'où son importance capitale.

Interpellant au plus au point 

Sachant cela, Christopher Wylie a décidé de jouer aux lanceurs d'alerte. Selon lui, même si l'on ne peut plus revenir dans le passé, il est impératif d'alerter l'opinion publique. "Si vous croyez dans la démocratie, vous devez aussi croire dans l'état de droit et vous ne pouvez admettre la tricherie. Quel que soit votre côté". Lui-même se dit pro-Brexit, mais il considère que ce vote était " à ce point important pour notre pays [le Royaume-Uni]... que le fait qu'il y ait eu une tricherie aussi envahissante du camp pro-Brexit est interpellant au plus au point".  

Notons par ailleurs que le vrai patron de Cambridge Analytica est Steve Bannon, le directeur de campagne de Trump. Il aurait aussi influencé le vote des Américains à l'élection présidentielle de 2016.

Il aurait ainsi identifié les internautes réceptifs aux thèses défendues par Trump, pour mieux les répandre. Et aurait joué un rôle dans la diffusion des théories du complot et dans le développement de l'alt-right, l'extrême droite américaine. 

Christopher Wylie s'est exprimé ce mardi devant la commission média, digital et culture au Parlement britannique (voir le Facebook Live ci-dessous). Il fera bientôt de même devant le Congrès américain. 

 

Christopher Wylie parle devant les parlementaires britanniques

Court extrait de l'audition de Christopher Wylie

Traduction: "Il est catégoriquement faux, totalement faux de dire que Cambridge Analytica n'a jamais utilisé de données Facebook"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK