Des dizaines de morts, des dégâts considérables: Sandy sème la désolation

Les dégâts de l'ouragan Sandy à Washington.
19 images
Les dégâts de l'ouragan Sandy à Washington. - © Brendan Hoffman/Getty Images/AFP

New York a payé un lourd tribut après le passage de la méga-tempête Sandy qui a balayé le nord-est des Etats-Unis: au moins dix personnes ont été tuées et des centaines de milliers de personnes se sont réveillées mardi les pieds dans l'eau ou sans électricité. 42 personnes au moins sont mortes aux Etats-Unis mais ce bilan pourrait s'alourdir.

Après avoir provoqué plus de 70 morts dans les Caraïbes, Sandy en a fait 32 autres aux Etats-Unis et un au Canada. Plus de huit millions de foyers restaient privés d'électricité aux Etats-Unis mardi matin.

Dans les Etats de New York et du New Jersey, où la tempête s'annonce déjà comme l'une des tempêtes les plus dévastatrices jamais enregistrées, le président Barack Obama a déclaré mardi à l'aube l'état de "catastrophe majeure", permettant la mise en place de programmes d'aide pour les victimes.

D'habitude si fébrile, New York présentait une image quasi-fantomatique mardi et pansait ses plaies.

Dix morts ont été recensés dans la mégapole, a affirmé lors d'une conférence de presse le maire Michael Bloomberg, qui a dit s'attendre à une augmentation de ce bilan.

Environ 75 000 foyers restaient par ailleurs privés d'électricité dans la ville, selon lui. Aux Etats-Unis, la plupart des lignes électriques ne sont pas enterrées, les plaçant sous la menace de chute d'arbres ou de branches en cas d'orages ou de tempêtes.

La moitié sud de Manhattan était notamment plongée dans le noir, mis à part pour quelques immeubles dotés de générateurs. Le sud de l'île est la partie la plus touchée par les inondations.

"Nulle part où aller"

Au sud de Canal Street, Tommy Flynn, un photographe de 57 ans en blouson de cuir et catogan, se promenait, prenant des photos d'un arbre abattu.

Son appartement n'a pas d'électricité mais il n'est pas question pour lui de s'en aller. "Ma copine et moi avons fait des stocks d'eau, de nourriture non périssable, de piles, de lampes électriques, de bonbons et chocolat. Et puis on n'a nulle part d'autre où aller", a-t-il expliqué.

A Battery park, à la pointe sud, où le niveau de l'eau s'est élevé de plus de quatre mètres à marée haute, l'eau a reflué. Quelques branches d'arbres jonchent les rues, des câbles gisent sur le trottoir, a constaté une journaliste de l'AFP.

Paralysée depuis 24 heures, la ville reprend difficilement vie avec la réouverture de trois des ponts Manhattan au quartier de Brooklyn, mais les transports publics restaient suspendus.

De nombreux tunnels du métro ont été inondés, l'eau de mer s'étant engouffrée dans les couloirs du métro, dépassant parfois la hauteur des quais.

"Le métro new-yorkais a 108 ans mais il n'avait jamais fait face à une catastrophe aussi dévastatrice telle que celle que nous avons vu la nuit dernière", a estimé Joseph Lhota, le président du MTA, le système des transports new-yorkais. Selon lui, c'est "de loin, l'événement le plus dévastateur jamais rencontré".

Au total, quinze personnes ont été tuées dans l'Etat, selon le gouverneur Andrew Cuomo. Douze autres ont recensés dans le New Jersey, en Pennsylvanie, en Virginie Occidentale et en Caroline du Nord, tandis que la police de Toronto a annoncé qu'une Canadienne avait été tuée par des débris emportés par le vent.

Trois réacteurs nucléaires ont été arrêtés et deux autres ont baissé leur production en raison de la montée des eaux, a par ailleurs annoncé le département de l'Energie.

Dégâts "inimaginables"

Avec 2,5 millions de clients affectés, le New Jersey, est le plus touché par les coupures de courant. Trois personnes ont été tuées dans l'Etat, dont un père et une mère de famille écrasés par la chute d'un arbre sur leur véhicule, à bord duquel se trouvaient également leurs deux enfants, indemnes.

Les dégâts le long du littoral sont "inimaginables", a déploré le gouverneur républicain Chris Christie, qui a salué la "très bonne" coopération" avec le président Barack Obama, avec qui il s'est entretenu trois fois au cours de la nuit.

Dans le comté de Bergen (New Jersey), à quelques kilomètres de la ville de New York, une digue a rompu en pleine nuit, menaçant plusieurs centaines de personnes et mobilisant d'importants secours et la garde nationale. Plus de 7400 citoyens-soldats sont mobilisés pour faire face aux conséquences de Sandy.

La tempête poursuivait son parcours à l'intérieur des terres en faiblissant. A 11H00 (15H00 GMT), elle trouvait à 235 km à l'ouest de Philadelphie (Pennsylvanie) et les vents étaient tombés à 72 km/h, contre 150 km/h la veille, selon le Centre de prédiction hydrométéorologique américain (HPC).

Mais ses effets n'ont pas fini de se faire sentir: à Washington, les services météo ont lancé une alerte aux inondations en raison de la crue du fleuve Potomac et près d'un mètre de neige est attendu sur les montagnes de Virginie occidentale

Les écoles, services publiques et la plupart des commerces restaient fermés mardi et les transports publics étaient toujours interrompu. A Washington, ils devaient progressivement reprendre mardi après-midi, selon l'exploitant WMATA.

La quasi-totalité des aéroports du nord-est restaient fermés et près de 6000 vols étaient annulés pour la journée de mardi.

B. Obama annule ses déplacements, M. Romney poursuit sa campagne

Le candidat républicain à la Maison Blanche, Mitt Romney, poursuivra sa campagne mercredi dans l'Etat clé de Floride, dans le sud-est du pays, où trois réunions électorales sont prévues.

Mitt Romney parcourra la Floride du nord au sud en se déplaçant à Tampa, Coral Gables et Jacksonville en compagnie du gouverneur de l'Etat, Jeb Bush, frère de l'ancien président George W. Bush.

Le candidat républicain, réduit au rôle de spectateur alors que Barack Obama prend les commandes de l'Etat fédéral pour aider les sinistrés du Nord-Est, n'a jamais quitté le terrain alors que le président a annulé tous ses déplacements depuis samedi.

Mitt Romney a tout juste transformé une réunion électorale mardi à Kettering, dans l'Ohio (nord), en rassemblement d'"aide" aux sinistrés de Sandy, avec une collecte de nourriture que sa campagne fera parvenir aux habitants de la côte est.

Lors de la réunion de Kettering, le candidat a continué d'accepter les dons des personnes présentes, et a ignoré des questions répétées de la presse sur sa position concernant l'Agence fédérale chargée des situations de crise (FEMA), dont il semblait enclin en 2011 à réduire le budget.

Avant la tempête, les deux candidats étaient à quasi-égalité en Floride, un sondage CNN publié lundi accordant 50% des intentions de vote à Mitt Romney contre 49% à Barack Obama.

Ouragan froid

Mardi matin, la vitesse des vents était tombée à 105 km/h à mesure que Sandy s'enfonçait dans les terres, selon le Centre de prédiction hydrométéorologique américain (HPC). Avant de toucher terre lundi soir, Sandy, alors classé comme ouragan, entraînait des vents de 150 km/h.

Sandy s'est transformé en "ouragan froid" sur son chemin vers le Nord. La tempête reste dangereuse bien qu'elle se soit affaiblie.

Le Centre national des ouragans de Miami a reclassé Sandy comme un "cyclone post-tropical" ou un "cyclone polaire", lundi soir. Les ouragans et les cyclones prennent naissance dans les tropiques, au dessus d'une eau très chaude, et s'affaiblissent habituellement en atteignant la terre ferme.

Mais la situation est différente pour Sandy. La tempête s'est déplacée très rapidement des Caraïbes vers le Nord. "Elle prend maintenant son énergie de l'air froid du Nord", a expliqué Gerhard Lux, porte-parole du DWD, le service météorologique allemand.

Wall Street rouvre mercredi

Bourse fermée, résultats d'entreprises retardés, fonctionnement des banques perturbé: Wall Street a été complètement chamboulé lundi et mardi par l'arrivée de l'ouragan Sandy sur la côte est des Etats-Unis. Pour la première fois depuis la fermeture exceptionnelle de quatre jours qui avait suivi les attentats du 11 septembre 2001, aucun courtier ne passait d'ordre sur les marchés menés à New York par NYSE Euronext et Nasdaq OMX, gestionnaires des indices phare de la place, Dow Jones et Nasdaq.

Les deux opérateurs ont prolongé cette suspension des activités à mardi. Les dirigeants de la Bourse avaient à l'origine décidé de garder en place les échanges électroniques, mais ils ont opté finalement pour une fermeture complète.

La Bourse de New York va ouvrir normalement mercredi, ont annoncé les opérateurs boursiers NYSE Euronext et Nasdaq OMX. "Les échanges commenceront sur le New York Stock Exchange à 09H30 (14H30) selon les procédures d'ouverture normales", a indiqué dans un communiqué NYSE Euronext, affirmant que son bâtiment et le parquet étaient "totalement opérationnels". La Bourse électronique Nasdaq sera également "ouverte mercredi" et fonctionnera normalement, a indiqué de son côté Nasdaq OMX.

RTBF avec agences

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK