Samuel Cogolati (Ecolo) : "L'ONU doit mettre en place un couloir humanitaire vers la Turquie de toute urgence"

Printemps de la paix, c’est le nom de l’opération turque qui a commencé dans le nord-est de la Syrie. L’armée turque mène une offensive aérienne et terrestre contre les Kurdes, une opération qui a suscité de nombreuses réactions. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit notamment se réunir aujourd’hui. Samuel Cogolati, député Écolo a interpellé ce mercredi à la Chambre le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders : il demande qu’en tant que membre du Conseil de l’ONU, la Belgique réagisse : "Cette action militaire de Recep Tayyip Erdoğan est une action unilatérale complètement inacceptable qui viole absolument toutes les règles internationales. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir et nous devons aujourd’hui, comme membre du Conseil de sécurité, demander de mettre en place un couloir humanitaire vers la Turquie de toute urgence. Mais attention, ce n’est pas tout. Nous avons aussi dans le cadre de l’OTAN une coopération militaire avec la Turquie. Je pense aujourd’hui que la question de la suspension de cette coopération militaire avec la Turquie doit absolument être posée".


►►► À lire aussi : CQFD : Va-t-on vers un nettoyage ethnique pour les Kurdes du nord de la Syrie ?


Le député estime également que l’Union européenne doit aussi aujourd’hui faire preuve de leadership et rappeler absolument la Turquie à l’ordre : "Hier, en commission des Relations extérieures, j’ai demandé que des sanctions économiques élargies soient mises en place pour vraiment mettre toute la pression économique sur la Turquie pour stopper cette offensive qui pourrait vraiment se transformer en bain de sang dans les populations civiles kurdes au nord-est de la Syrie. Vous savez qu’aujourd’hui l’Union européenne ne parle pas encore de sanctions économiques. J’ai remarqué hier que le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, n’en parlait pas non plus alors que l’Union européenne a déjà sanctionné cet été la Turquie pour tout à fait autre chose, les activités gazières au large de Chypre. Ici, on parle de bain de sang, on parle de populations civiles victimes d’une offensive militaire illégale sur le plan international, et donc je voudrais qu’on soit beaucoup plus clair avec la Turquie et que notre rédaction soit aussi beaucoup plus forte".

Les Kurdes ont été les alliés des Occidentaux dans la lutte contre les terroristes de l’État islamique : comme d’autres, Samuel Cogolati estime qu’affaiblir les Kurdes c’est ouvrir la voie à une réorganisation de l’État islamique : "C’est faire face à une résurgence de Daesh, mais c’est aussi perdre le contrôle sur des milliers de combattants de l’État islamique. Vous savez, les derniers chiffres parlent de 11 000 "tourist fighters" qui seraient emprisonnés dans des prisons kurdes au nord-est de la Syrie, et on parle notamment d’une cinquantaine de Belges parmi ces djihadistes enfermés sur place. Je pense que c’est effectivement important que ces djihadistes soient jugés et restent enfermés puisqu’ils représentent évidemment un danger potentiel pour notre sécurité nationale notamment".

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK