Saccage du musée de Mossoul: un patrimoine commun détruit

Destructions par l'EI à Mossoul: l'UNESCO alerte le Conseil de sécurité
Destructions par l'EI à Mossoul: l'UNESCO alerte le Conseil de sécurité - © Tous droits réservés

Des dizaines de sculptures de la collection du musée de Mossoul ont été jetées par terre ou détruites à coups de masse par une poignée d'hommes. Toute la scène est filmée et diffusée par l'organisation terroriste de l'Etat Islamique. Un patrimoine archéologique très important qui n'a pas été saccagé par hasard par les djihadistes.

La vidéo de propagande qui dure plusieurs minutes met en scène cette mise à sac.

Musique, images ralenties et même un commentaire de l'un des protagoniste, tout est mis en place pour appuyer et justifier les destructions.

"Fidèles musulmans, ces sculptures derrière moi sont des idoles pour les peuples d'autrefois qui les adoraient au lieu d'adorer Dieu" dit un homme face caméra.

Pour mesurer l'ampleur de la destruction, nous avons demandé à Eric Gubel, directeur général des Musées d'Art et d'Histoire et spécialiste de l'art du Proche-Orient d'analyser ces images. "Il y a beaucoup de copies, la destruction des statues de l'époque des parthes notamment, c'est du plâtre" nous affirme-t-il sans hésiter.

Un patrimoine commun détruit par choix

Le patrimoine visé date de plusieurs siècles avant l'ère chrétienne, des œuvres archéologiques qui témoignaient des liens existant entre la région du Moyen- Orient et l'Occident.

"C'est une confirmation qu'il n'y a plus aucun respect de l'identité des gens. Le patrimoine dont on parle n'est pas seulement le patrimoine de l'Irak du Nord, du Kurdistan, de la Syrie du Nord. C'est un patrimoine mondial. On parle de civilisations qui sont le berceau de l'Occident. Le but est aussi de se venger du néocolonialisme européen, se venger des guerres du Golfe, tout ça est compris dans le message" nous confie encore Eric Gubel.

Un "nettoyage culturel" dénoncé par l'UNESCO

La directrice générale de l'UNESCO a demandé jeudi une réunion de crise du conseil de Sécurité des Nations unies après les destructions des sculptures pré-islamiques du musée de Mossoul dans le nord de l'Irak.

"Cette attaque est bien plus qu'une tragédie culturelle, c'est également une question de sécurité parce qu'elle alimente le sectarisme, l'extrémisme violent et le conflit en Irak", a dénoncé la responsable de l'UNESCO Irina Bokova dans un communiqué après la diffusion d'une vidéo mise en ligne par l'EI.

"C'est pourquoi j'ai immédiatement contacté le président du Conseil de sécurité pour lui demander de convoquer une réunion d'urgence du conseil sur la protection du patrimoine irakien en tant qu'élément faisant partie intégrante de la sécurité du pays", a-t-elle précisé.

Ce qui se passe en Irak "est un nettoyage culturel", "une destruction
délibérée du patrimoine qui vise les identités des différentes communautés qui
vivent en Irak"
, a encore estimé la dirextrice de l'UNESCO.

Laurence Brecx, avec Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK