Russie : le médecin russe qui a soigné Alexeï Navalny après son emprisonnement est réapparu ce lundi

Aleksander Murakhovksky, le médecin qui avait soigné l'an dernier Alexeï Navalny, le principal opposant russe au Kremlin et qui était porté disparu depuis une partie de chasse vendredi, est réapparu lundi, a rapporté l'agence officielle TASS.

L'homme, devenu entretemps ministre de la santé de la région d'Omsk en Sibérie, a été admis à l'hôpital mais serait dans un état "normal". Une centaine de sauveteurs avaient été mobilisés pour retrouver le médecin disparu. Après la mort de deux autres médecins d'Alexeï Navalny survenue à Omsk ces derniers mois, la disparition d'Alexander Mourakhovsky avait suscité de vives inquiétudes dans les médias russes.


A lire aussiRussie : un avocat de Navalny arrêté, son réseau placé sur la liste des "organisations extrémistes"


Alexander Mourakhovsky dirigeait jusqu'à il y a quelques mois la clinique d'Omsk (Sibérie), où avait été brièvement soigné l'opposant russe Alexeï Navalny, désormais emprisonné, après son malaise dans un avion en août dernier.

Alexeï Navalny avait ensuite été transporté par avion en Allemagne et traité pendant plusieurs semaines à l'hôpital de la Charité à Berlin. Selon les tests de plusieurs laboratoires, il a été empoisonné au Novichok.

À l'époque, Aleksander Murakhovksky n'avait pas diagnostiqué d'empoisonnement et avait déclaré qu'Alexeï Navalny souffrait d'un trouble métabolique.

Alexeï Navalny l'avait alors accusé d'avoir falsifié le diagnostic, tandis que ses partisans lui ont reproché d'avoir retardé le transfert d'Alexeï Navalny en Allemagne à un moment critique.

Le Kremlin nie les allégations selon lesquelles il serait à l'origine de la tentative de meurtre d'Alexeï Navalny. Les États-Unis et l'UE ont demandé à la Russie d'ouvrir une enquête indépendante et ont imposé des sanctions au pays. Le chef de l'opposition lui-même a été immédiatement incarcéré à son retour en Russie en février.

 

Sur le même sujet: JT 19/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK