Ruines et désolation aux Bahamas après le passage de Dorian

Ruines et désolation aux Bahamas après le passage de Dorian
Ruines et désolation aux Bahamas après le passage de Dorian - © YASMIN RIGBY - AFP

L'ouragan Dorian, rétrogradé en catégorie 2, se dirigeait très lentement vers la Floride mardi après avoir semé la mort et la désolation dans l'archipel des Bahamas, où les premières images montraient des étendues dévastées.

Les îles Abaco et Grand Bahama, sur lesquelles Dorian s'est acharné avant de reprendre sa route destructrice, étaient encore largement coupées du monde mardi matin.

Des palmiers déplumés, des maisons éventrées et des carcasses de voitures semblant flotter, à perte de vue, dans une mer de ruines: le triste spectacle contrastait terriblement avec l'habituelle carte postale paradisiaque des Bahamas. 


►►► À lire aussi : un journaliste filme l'évacuation de sa maison inondée après le passage de l'ouragan


Évoquant une "tragédie historique", le Premier ministre de l'archipel, Hubert Minnis, avait confirmé lundi la mort d'au moins cinq personnes dans le petit archipel des îles Abacos. Un premier bilan qui devrait inexorablement grossir, a prévenu mardi le ministre de l'Intérieur bahaméen Marvin Dames. "D'autres morts sont à craindre. Je ne vois pas comment il pourrait en être autrement", a-t-il déclaré à des médias locaux, précisant que, selon les informations lui parvenant, "plusieurs d'entre eux sont des enfants".

"Il pleut toujours, avec de grosses bourrasques", a confié à l'AFP Yasmin Rigby, une habitante de l'île de Grand Bahama, au-dessus de laquelle Dorian a longtemps stationné, faisant dangereusement monter le niveau des eaux. "Je ne peux pas bouger de mon appartement", a-t-elle ajouté. "J'aurais besoin d'un gros camion car la plupart de l'île est inondée. Nous avons suffisamment de vivres heureusement".

Au moins 61.000 personnes auraient besoin d'aide alimentaire aux Bahamas, a estimé mardi l'ONU, qui s'apprête à participer à deux équipes d'évaluation, notamment avec des experts du Programme alimentaire mondial (PAM).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK