Royaume-Uni: Angela Eagle annonce qu'elle disputera lundi la direction du Labour à Jeremy Corbyn

Le chef du parti refuse de démissionner, se disant fort du soutien des militants travaillistes qui l'ont largement élu il y a neuf mois.
Le chef du parti refuse de démissionner, se disant fort du soutien des militants travaillistes qui l'ont largement élu il y a neuf mois. - © LEON NEAL - AFP

La députée travailliste Angela Eagle, a annoncé samedi qu'elle allait présenter sa candidature pour la direction du Labour, contestant ainsi le chef actuel Jeremy Corbyn qui est sous le coup d'une fronde de 80% des députés du parti.

"Lundi matin, je vais annoncer ma candidature à la direction du parti travailliste. Je vais vous expliquer ma vision pour le pays et la différence que peut faire un Labour fort", a-t-elle annoncé après l'échec de négociations avec les syndicats qui visaient à régler la guerre intestine au sein du Labour. Le vice-président du parti, Tom Watson a quitté samedi la table de négociations avec les syndicats, affirmant qu'il n'y avait "pas de réelle perspective de trouver un compromis" dans la crise qui secoue le parti parce que Jeremy Corbyn refuse de démissionner.

Motion de défiance envers Corbyn

Depuis que les Britanniques ont voté en faveur d'une sortie de l'Union européenne, Jeremy Corbyn doit en effet faire face à une contestation de ses députés qui ont voté par 172 voix contre 40, une motion de défiance, non contraignante, contre lui. Les deux tiers de son "cabinet fantôme" ont également démissionné, notamment Angela Eagle qui était en charge des entreprises au sein de ce gouvernement virtuel de l'opposition.

Mais le chef du parti refuse de démissionner, se disant fort du soutien des militants travaillistes qui l'ont largement élu il y a neuf mois. "Jeremy Corbyn a tendu la main aux députés travaillistes et leur a dit clairement qu'il voulait travailler avec eux pour tenir son rôle de chef élu du parti", a réagi samedi un porte-parole de Jeremy Corbyn. "Il va rester le chef du Labour et va contester toute remise en cause de sa gouvernance si elle a lieu", a-t-il ajouté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK