Royaume-Uni : 4 ans de prison pour avoir tenté de dérober la Magna Carta

La Magna Carta a été signée le 15 juin 1215 par le roi d'Angleterre Jean Sans Terre.
La Magna Carta a été signée le 15 juin 1215 par le roi d'Angleterre Jean Sans Terre. - © Little Hand Images - Getty Images

La justice britannique a condamné ce vendredi à quatre ans de prison pour "tentative de vol" un quadragénaire qui avait tenté de s’emparer d’un rare exemplaire de la Magna Carta, texte fondateur de la démocratie moderne, conservé à la cathédrale de Salisbury (sud-ouest).

Le Britannique Mark Royden, 47 ans, avait tenté en vain de briser à coups de marteau la vitrine protégeant le document, en octobre 2018, apparemment parce qu’il doutait de l’authenticité du manuscrit.

Il avait auparavant tourné une caméra de sécurité pour ne pas être filmé, et déclenché une alarme incendie afin de détourner l’attention.

La Magna Carta est un document d’une importance énorme pour notre pays

Des visiteurs de la cathédrale, dont deux touristes américains, avaient tenté de l’arrêter, mais le prévenu, qui sentait l’alcool, les avait menacés avec un marteau. Il s’était enfui avant d’être arrêté par un tailleur de pierres de la cathédrale.

"La Magna Carta est un document d’une importance énorme pour notre pays et de nombreux autres pays qui partagent nos traditions démocratiques", a commenté le juge Richard Parkes, du tribunal de Salisbury.

La Magna Carta a été signée le 15 juin 1215 par le roi d’Angleterre Jean Sans Terre sous la pression de barons rebelles soucieux de limiter l’arbitraire royal. L’exemplaire conservé à la cathédrale de Salisbury est écrit à la main, en latin, sur un parchemin en peau de mouton.

Il ne reste que quatre exemplaires

Il reste quatre exemplaires de cette grande charte : deux à la British Library à Londres, une à la cathédrale de Salisbury et une à la cathédrale de Lincoln, dans l’est de l’Angleterre.

D’après les déclarations du prévenu aux enquêteurs, "il semble qu’il doutait de l’authenticité de la Magna Carta", avait déclaré le procureur durant le procès.

L’accusation avait aussi souligné que Mark Royden avait déjà été condamné à 23 reprises, notamment pour vol.

Pour la défense, l’avocat Nicholas Cotter avait souligné que le prévenu avait eu un grave accident de voiture en 1991, qui lui avait causé des lésions cérébrales. C’est un "homme attentionné, gentil et serviable" mais "rongé par des démons", notamment la drogue et l’alcool, avait-il expliqué.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK